La juge a récemment mis en examen Jean-François Girard, qui fut directeur général de la Santé de 1986 à 1997, et vient de convoquer, aux mêmes fins, M. Dutheillet de Lamothe, qui avait succédé à Martine Aubry à la DRT jusqu'en 1995. Martine Aubry, Jean-François Girard et Olivier Dutheillet de Lamothe "souhaitent que toute la lumière soit faite pour que la justice puisse comprendre comment s'est produit ce drame mondial", poursuivent les avocats, qui se disent "stupéfaits de voir que ceux qui ont consacré la plus grande partie de leur vie à protéger les droits de nos concitoyens soient mis en examen ou susceptibles de l'être, et non entendus comme témoins", ajoutent-ils.

L'ex-première secrétaire du PS est convoquée en sa qualité de directrice des relations du travail de 1984 à 1987 au ministère du Travail. La juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy s'intéresse à l'action des pouvoirs publics face à l'amiante dans les années 70-80.

Martine Aubry a déclaré le 8 octobre qu'elle "apportera évidemment tout son concours à l'enquête judiciaire, comme elle l'a fait lors de ses auditions par les missions d'information du Sénat et de l'Assemblée nationale". "Elle expliquera comment l'administration des relations du travail qu'elle dirigeait alors, n'a eu de cesse de renforcer la protection des travailleurs de l'amiante", a ajouté son entourage, selon qui Martine Aubry "souhaite que la justice comprenne ce qui s'est passé pour les victimes et leurs familles, et pour éviter qu'une telle tragédie ne se reproduise à l'avenir".