• http://www.romandie.com/news/n/Marine_Le_Pen_recue_a_l039Elysee301120122026.asp

    Marine Le Pen reçue à l'Elysée

    La présidente du Front national Marine Le Pen a été reçue vendredi par François Hollande à l'Élysée dans le cadre des consultations sur les conclusions de la commission Jospin, sur la modernisation de la vie publique.

    Après environ 50 minutes d'entretien, Mme Le Pen s'est déclarée "très favorable" à la règle du non-cumul des mandats, qui figure dans le rapport, et qui fait partie des engagements de François Hollande pendant la campagne.

    En revanche, elle a comparé l'introduction de 10% de proportionnelle dans le scrutin législatif, proposée par la commission Jospin, à "une aumône", soulignant que l'Assemblée nationale "ne représente pas la pluralité des opinions en France".

    La présidente du FN n'avait pas été reçue par François Hollande lors des consultations qu'il avait menées au début de son mandat. A l'époque, le chef de l'État n'avait rencontré que les responsables des partis politiques représentés au Parlement. Or, les élections législatives ne s'étaient pas encore déroulées et le Front national ne disposait d'aucun parlementaire élu.

    "Ce qui est anormal, c'est lorsque nous ne sommes pas, en l'occurrence, consultés", a estimé Marine Le Pen. "Il existe dans notre pays, dieu merci, ce qui s'appelle la courtoisie républicaine, et qui permet à des responsables politiques qui s'opposent et qui se combattent de pouvoir converser courtoisement".

    Selon elle, François Hollande "a indiqué que lorsqu'il y aurait des consultations qui seraient effectuées sur des grands sujets, il inviterait les anciens candidats à l'élection présidentielle".

    Le chef de l'État a décidé de consulter, entre le 28 novembre et le 18 décembre, les responsables des partis politiques disposant d'un groupe à l'Assemblée ou au Sénat, ainsi que les candidats à la dernière élection présidentielle n'ayant pas de représentation au Parlement, pour recueillir leur opinion sur les conclusions de la commission Jospin.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.bvoltaire.fr/emmanuelleduverger/censure-a-la-mode-socialiste,4874

    Censure à la mode socialiste

    boulevard-voltaire-roger-madec-fascisme-gay

    Jeudi matin, 9h30, mairie du XIXe arrondissement à Paris. Frigide Barjot, tête pensante, égérie de la manifestation contre le mariage gay du 17 novembre, a rendez-vous avec une équipe de l’émission « Complément d’enquête » qui doit être diffusée le soir même sur France 2. L’interview est prévue dans la salle des mariages. Le maire, le sénateur socialiste Roger Madec, a donné son feu vert.

    Mais voilà, notre apparatchik socialiste (ancien du CERES, l’aile gauche de la nébuleuse rose, mais surtout connu comme un habile manœuvrier) change d’avis et refuse que le tournage ait lieu. Il ne savait pas, explique-t-il, que l’invitée de Benoît Duquesne n’était autre que la parodiste, passée avec âme et minijupe au catholicisme. « Je vous interdis de tourner. Je la connais, cette Frigide Barjot ! » Son directeur de cabinet expliquera, après l’incident, qu’un accord avait été donné pour des entretiens avec Louis-Georges Tin — le président du Conseil représentatif des associations noires de France, le CRAN, et figure du mouvement gay — et un « témoignage ». Ce sera donc niet.

    Contacté sur son portable par notre édile en personne, Benoît Duquesne, manifestement exaspéré, maintient le tournage. Aussi sec, notre bon maire fait couper l’électricité. Une à une, les lampes s’éteignent. On terminera dans le noir ! Mais l’émission sera néanmoins diffusée « en intégralité » dans « Complément d’enquête », y compris sa partie tournée en pleine pénombre. Et na !

    Morale de l’histoire pour Frigide Barjot : « Ils ont la trouille. Depuis que les gens ont compris les vrais enjeux — la mise en danger du couple homme/femme — depuis qu’on est sorti du noir, si j’ose dire, ils sentent que les gens n’en veulent pas de leur “mariage”. » Et de réclamer ce rendez-vous à l’Élysée qu’un autre grand démocrate, François Hollande, ne veut décidément pas lui accorder…

    Regardez la séquence en question :

    Emmanuelle Duverger, le 30 novembre 2012
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.prechi-precha.fr/cecile-duflot-eleve-la-spoliation-et-lendettement-au-grade-de-chevalier-de-la-legion-dhonneur/

    Cécile Duflot élève la spoliation et l’endettement au grade de chevalier de la Légion d’Honneur

    Cécile Duflot a décoré Jacqueline Rouillon, maire PC, pour son action sur l’immobilier à Saint-Ouen.

    Quelles sont les valeurs mises en exergue par nos édiles ?

    Jacqueline Rouillon, maire PC de Saint-Ouen, a été élevée au grade de chevalier de la Légion d’Honneur par Cécile Duflot. Qu’a donc réalisé cette élue pour recevoir une telle distinction ?

    Elle a protégé son électorat en utilisant l’argent de la collectivité pour préempter tout appartement dont le prix de vente dépassait 3000€ le m². Elle a aussi contrôlé toute les promotions immobilières afin d’obliger les promoteurs à vendre 10% en dessous du prix du marché. Mais, allez-vous me dire, si le prix des ventes immobilières augmente, les droits de mutation sont en hausse, la population, plus aisée, dépense plus dans des commerces qui prennent de la valeur (et paie donc plus de taxes pro), se revendent plus cher, générant plus de droits de mutation etc., etc. Oui, mais sincèrement, vous croyez que dans ce cas Madame Rouillon, communiste, serait réélue ?

    Non, mieux vaut protéger son électorat qui vous en sera reconnaissant, quitte à endetter la commune sur deux générations pour en payer le coût de fonctionnement !

    Depuis son élection, Madame Rouillon a réussi à faire de Saint-Ouen la 3ème ville de France la plus endettée !

    Avec une dette de 3 111 euros par habitant, Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) est la 3ème ville la plus endettée de France par habitant ! 43 millions d’euros de dettes en 2011 ! L’encours de la dette de Saint-Ouen a augmenté de 16,4% entre 2010 et 2011 et de 66,1% depuis 2000.

    Voilà ce que Madame Duflot a récompensé ! Voilà le type d’élus que nos ministres mettent en exergue ! Plus vous endettez votre commune, plus vous enfoncez vos administrés dans le cercle infernal de la dette, plus vous êtes récompensé et félicité par le gouvernement… Ça fait froid dans le dos !

    Addendum : Pour être complet sur Saint Ouens, il faut également dire que depuis quelques années et en grande partie à cause d’une immigration de masse, cette ville est aux mains des dealers. Sympa la politique de logement social menée par le parti communiste !!!!!
    Voir le reportage video

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.impots-economie.com/le-deficit-de-l-ump/

    Le déficit de l’ UMP

    Les parlementaires qui décideront de quitter l’ feront « une bonne affaire financière », confirme le trésorier démissionnaire du parti, Dominique Dord.

    ump rigueur Le déficit de l UMPL’ UMP est en effet riche de ses dettes, avec un bancaire qui devrait atteindre 56 millions d’euros en juin. Soit 1 an de fonctionnement du parti.

    Le déficit de l’ UMP pourrait même se creuser davantage. Car chaque député ou sénateur rapporte à son parti 42 000 euros par an, versés par l’ Etat au titre du financement public ( voir Baisse de 40% de la subvention à l’ UMP). Une centaine de défections – chiffre espéré par certains fillonistes – entraînerait donc 4 millions de pertes supplémentaires pour l’ UMP.

    Hasard du calendrier, les parlementaires ont justement jusqu’au 30 novembre pour choisir le nom de la formation à laquelle ils souhaitent s’affilier en 2013. Sans démissionner formellement de  l’ UMP, les dissidents vont donc désigner un parti préexistant. Ils l’ont déniché en Nouvelle-Calédonie: c’est le Rassemblement UMP ( a repris le même nom pour son nouveau groupe de l’ Assemblée). Déjà enregistré à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, ce Rassemblement est habilité à toucher des fonds publics. De quoi se constituer une jolie cagnotte. Et laisser à ses tracas financiers…

    La situation financière de l’ UMP est d’autant plus critique que le « plan de redressement », promis aux banques en échange d’un découvert de 56 millions, n’a toujours pas été annoncé. Il comprend pourtant quelques mesures phares, comme la réduction drastique des subventions accordées à l’ UMP aux « mouvements affiliés ». Une mesure difficile à annoncer alors que Copé a passé son temps à promettre des aides financières aux micropartis, comme celui de Christine Boutin ou de quelques élus ralliés « spontanément » à la candidature de Jean-François Copé

    Compréhensives, la Société générale et la BNP avaient accepté d’attendre jusqu’à la fin du scrutin, mais elles commencent à se montrer impatientes. Surtout que l’ UMP n’a pratiquement aucun actif à leur offrir en échange. Le nouveau siège de l’ UMP de la rue de Vaugirard, qui a coûté 40 millions d’euros, a été financé principalement par l’emprunt, et le parti doit rembourser chaque mois 300 000 euros. « Si le parti reste au même niveau de ressources qu’aujourd’hui, le siège n’est pas menacé, confie Dominique Dord, mais dans le cas contraire… ».

    source: le canard enchainé

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://sanscensure2.canalblog.com/archives/2012/11/30/25709180.html

    Racisme anti-noir au Maroc : « Mettez-vous à la place des marocains qui habitent dans ces immeubles »

    Racisme anti-noir au Maroc :Racismes anti-blanc « Mettez-vous à la place des marocainsfrancais qui habitent dans ces immeubles »

    L’article intitulé « Racisme anti-noir au Maroc : trois étudiants marocains au Sénégal réagissent », publié le 27 novembre dernier sur Yabiladi, a crée de vives réactions de la part de nos lecteurs qui ont laissé des dizaines de commentaires pour exprimer leur avis et dire si oui ou non, les Marocains sont racistes.

    Il suffit que la presse marocaine publie un seul sujet sur le racisme anti-noir au Maroc pour que les langues se délient et brise l’image d’un Maroc chaleureux, hospitalier et accueillant. Les principaux concernés, les victimes de ce racisme et les Marocains qui rétorquent qu’il n’existe aucun racisme au Maroc, sortent de leur silence pour exprimer avec diplomatie, mais aussi avec virulence, voire parfois avec beaucoup de haine, ce qu’ils ressentent au plus profond d’eux. Les dizaines de commentaires laissés suite à la publication de notre article « Racisme anti-noir au Maroc : trois étudiants marocains au Sénégal réagissent », sont la preuve que ce sujet irrite et dérange.

    Racistes ou pas racistes ?

    Sans tourner autour du pot, les commentaires postés sur le site embraient sur la question de savoir si les Marocains sont, oui ou non, un peuple raciste.

    « Le Maroc est raciste, n’en déplaise aux autres ! », lance Dreams. « Le Maroc aime les blancs, les Européens, ils t’accueilleront toujours si tu es pâle  Par contre si tu es noir, là tu dois faire face à du racisme. Même les Marocains-noirs sont discriminés dans leur propre pays. », poursuit le commentateur. « Comment peut-on dire que nous ne sommes pas racistes ? Aucun marocain ne vous dira je suis Africain, Marocain, Berbère ou Arabes. On ne veut pas être associé à cette Afrique qui résonne dans notre tête noire. Nous sommes très sympas avec l’étranger quand il est blanc. Croyez-moi je suis Marocain et je ne suis pas fier de notre comportement envers les Subsahariens. » déplore Abdo Abdi.

    « Franchement, arrêtez de parler du racisme au Maroc, y en a marre! », rétorque de son côté Said0ooo. « Il y a une semaine, j’étais à Tanger, et j’ai vu ce que les blacks et les clandestins faisaient. C’est trop moche ! Ils ont détruit les murs et portes d’entrée d’appartement d’un acheteur MRE ou Casablancais, ils s’y mettent à 70 dans un appart de 56m². Moi même j’ai un appart près de l’immeuble qu’ils ont occupé illégalement, ils font pipi et caca sur les trottoirs. Tu as devant ton immeuble 120 personnes qui discutent toute la nuit. Mettez-vous à la place des marocains qui habitent dans ces immeubles. Les riverains appellent la police, mais elle ne veut pas se déplacer », poursuit-il. (…)

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.survie-et-survivalisme.com/comment-se-preparer-a-une-emeute/

    Comment se préparer à une émeute ?


    Les risques et dangers pendant une émeute

    • Agressions de masse
    • Agressions individuelles
    • Mouvements de foule
    • Gaz lacrymogènes et autres
    • Proche égaré…

    Consigne  n°1 : éviter l’émeute

    Anticiper, éviter, fuir

    C’est à dire :

    • Se tenir informé de ce qu’il se passe dans la ville où vous vous trouvez
    • Rester chez soi en sécurité ,fermer les volets et verouiller toutes les portes.
    • Ne pas prendre part à une manifestation ou une  émeute mais si vous avez envie de manifester pour des convictions personnelles , soyez alors juste conscient des risques que vous prenez
    • Si vous êtes surpris par une émeute , partez rapidement mais évitez les rues à proximité car elles sont souvent propices aux agressions individuelles
    • Si l’émeute s’amplifie et menace votre lieu d’habitation , il peut s’avérer vital de fuir le domicile et le quartier.

    Dans ce cas , prévoir :

    • 2 ou 3 lieux de replis possibles (chez un parent , un ami , une maison de campagne …)
      en dehors de la ville .
    • un sac avec eau, nourriture, trousse de secours , argent liquide, cartes routières…

    Consigne  n°2 : Se préparer à une émeute

    Si l’émeute se dirige  vers votre lieu d’habitation :

    • Calfeutrez , protégez et renforcez vos fenêtres
    • Bloquez les points d’entrées à l’aide de meubles lourds
    • Remplissez votre baignoire d’eau , préparer des couvertures et des serviettes mouillées , retirez  les voilages et rideaux des fenêtres ,fermer les volets et gardez à proximité un extincteur.

    Si vous devez sortir :

    • Optez pour une tenue vestimentaire appropriée de couleur sombre (jean , plusieurs couches de vêtements en coton , blouson épais , chaussures solides …)
    • Prenez un sac à dos avec une tenue de rechange , une bouteille d’eau , des barres chocolatées , une trousse de premiers soins , un livre assez épais pouvant servir de  protection contre certains projectiles ,un masque anti-poussière ou un bandana …
    • Prenez un peu d’espèces avec vous et les photocopies de vos papiers d’identité
    • Retirez tous vos bijoux et montres

    Consigne n°3 : Savoir Faire face et se protéger

    Dans le cas d’une agression de masse , il faut :

    • Répérer les groupes fonctionnant ensemble
    • Eviter les situations d’encerclement
    • Réfléchir rapidement et visualiser les issues possibles
    • Se rapprocher des forces de sécurité
    • Si la fuite est impossible et si le danger est imminent (groupe très violent ), se protéger la tête et se coucher au sol en position foetale

    Dans le cas d’une agression individuelle , il faut :

    • avoir dans la main un objet de défense (jeu de clefs , bombe dissuasive ,lampe métallique …)
    • Essayer de désamorcer la situation en adoptant une attitude ferme mais sans arrogance .Il faut faire passer l’idée que vous n’êtes pas une victime, que vous acceptez de vous abaisser un peu mais que s’il veut la confrontation , vous ne vous laisserez pas faire , ceci  afin que l’agresseur change de cible.
    • Sinon frapper fort et courir pour fuir le danger

    Dans le cas d’un mouvement de foule et de panique générale , il faut :

    • Rester près des murs et pas au milieu des rues
    • Garder vos proches près de vous (s’accrocher les uns aux autres )
    • Laisser vous porter sans résister afin de ne pas tomber
    • Si vous tombez , essayez de vous relever en vous accrochant à tout ce que vous pouvez , hurlez pour attirer l’attention et au pire des cas, mettez-vous en position fœtale en protégeant vos organes vitaux (mains et poings autour de la tête et de l’arrière du cou, coudes le long des côtes pour protéger  l’abdomen, genoux recroquevillés pour protéger les parties génitales)

    En cas de  gaz lacrymogènes , il faut :

    • Il faut vous isoler à l’écart dans un endroit plus calme
    • Enlever et changer les vêtements aspergés si vous le pouvez
    • Ne vous frotter pas les yeux ou le visage , contrôlez votre respiration , crachez et mouchez vous autant que possible

    En cas de proche égaré , il faut :

    • Bien évidemment tenter de le joindre par télécommunication
    • Convenir d’un lieu de retrouvaille bien connu et éloigné de l’émeute
    • Si le proche est un enfant et s’il n’est pas possible de le joindre , tenter une recherche en spirale autour de la zone de séparation.
      Dans l’idéal , il est toujours utile de formuler des consignes claires à ces proches , notamment aux  enfants et jeunes ados : si tu es perdu , reste à l’endroit où tu es, debout, et ne te cache pas pour que je puisse te voir et te retrouver .

      

    Et il y a tant d'autres preuves visuelles, qu'on se demande pourquoi les français votent encore pour ces oligarques!

    Patriote64

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Une bonne manoeuvre de manipulation Orwellienne dans la communication politicienne, dans le but d'attirer l'attention d'un côté sur une pseudo nationalisation, comme à la grande époque communiste, qui privait du bien d'autrui pour le collectivisme, afin de pouvoir passer une douloureuse encore plus salée sans vaseline.

    Patriote64

    http://www.prechi-precha.fr/la-france-sapprete-a-donner-les-cles-deads-a-lallemagne/

    La France s’apprête à donner les clés d’EADS à l’Allemagne

    Pendant que Montebourg brasse de l’air en menaçant de nationaliser le petit site de Florange, EADS risque de tomber dans l’escarcelle de l’Allemagne…

    On creuse, on creuse, on creuse…

    De plus en plus de rumeurs concordantes laissent à penser que Paris a accepté le montage financier mis au point par Berlin. La France céderait une partie de son capital à l’Allemagne.

    C’est un scénario étrange, qui semble pourtant prendre consistance au fil des négociations. En discussions depuis quelques jours sur la recomposition du capital d’EADS, la France et l’Allemagne se dirigeraient, comme l’annonçait le quotidien allemand Handelsblatt vendredi dernier, vers un rachat par la banque publique allemande KFW de 3% des 15% du capital détenu par l’Etat français.

    Le camp allemand rachèterait en outre les 7,5% détenus par le consortium bancaire Dedalus, et 1,5% au groupe automobile Daimler, ce qui porterait la participation totale de Berlin à 12%, soit une parité avec la France. L’agence Dow Jones assurait lundi après-midi qu’un accord pourrait être trouvé d’ici la fin de la semaine prochaine, l’Espagne restant quant à elle à 5,5%.

    Cette sacro-sainte parité exigée par Berlin 

    Que changerait une telle recomposition du capital ? La réponse est simple : tout. D’un strict point de vue comptable, l’Allemagne, qui n’est aujourd’hui pas actionnaire d’EADS, passerait de 0 à 12% du capital ; la France, elle, verrait sa part chuter de 15 à 12%. +12 d’un côté, -3 de l’autre : pas besoin de concourir à la médaille Fields, sorte de Prix Nobel de mathématiques, pour voir que la nouvelle répartition du capital serait un véritable coup de Trafalgar, qui verrait la France s’aligner à 100% sur les exigences allemandes.

    Ce ne serait pas la première fois : la France s’était bien gardée de critiquer le veto allemand à la fusion EADS-BAE, annoncé par téléphone à François Hollande par la chancelière Angela Merkel, se contentant d’en prendre acte. En acceptant le schéma évoqué plus haut, Paris accepterait de s’adapter à un problème essentiellement germano-allemand : la crispation de Berlin sur la sacro-sainte parité entre France et Allemagne (22,5 % dans chaque camp).

    Selon le scénario craint par Berlin, et de fait le plus probable, les actionnaires industriels Lagardère (7,5% du capital) et Daimler (15%) vendraient rapidement leurs parts, de même que le consortium de banques allemandes Dedalus (7,5% du capital). Pour maintenir une parité avec l’Etat français (15% des parts), Berlin devrait donc, en toute logique, monter à 15%, et donc investir en conséquence. La vente de 3% par la France lui permettrait de s’en tirer à moindre frais, en établissant la ligne d’équilibre à 12%.

    (…)

    L’Allemagne privilégie ses intérêts, pas ceux des actionnaires privés 

    Le problème va bien au-delà de la simple équation mathématique. Le président exécutif Tom Enders voulait un groupe « normalisé », donc libéré de la tutelle des Etats ? Il se retrouve avec trois Etats actionnaires directs. Dont un, l’Allemagne, engagé dans une guérilla politique depuis plus d’un an pour défendre ses sites industriels : le coordinateur du gouvernement allemand pour l’aéronautique, Peter Hintze, avait même envoyé une lettre à Tom Enders en février 2012, de disant « extrêmement préoccupé par la concentration et la centralisation des compétences de recherche-développement » sur le site de Toulouse.

    Le directeur financier d’EADS Harald Wilhelm avait adressé un message clair à Berlin le 8 novembre dernier, souhaitant que les nouveaux actionnaires « aient à cœur de protéger les intérêts de la société (…) et de préserver les intérêts des actionnaires privés ». La France, actionnaire à 15% d’un champion industriel unique en Europe, serait bien inspirée d’y réfléchir à deux fois avant de brader les siens.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://lesbrindherbes.org/2012/11/27/des-le-debut-lue-a-ete-une-institution-de-corruption-et-de-transfert/

    Dès le début, l’UE a été une institution de corruption et de transfert

    On raconte aux populations, qu’elles doivent par « solidarité européenne » contribuer de plus en plus de milliards «pour sauver la Grèce». Nous devrions donc ou augmenter les impôts ou réduire les prestations sociales, afin de générer les moyens nécessaires pour aider la Grèce.

    Non seulement les raisons mais aussi les conséquences sont des jugements fallacieux :

    1. Les prétendues aides à la Grèce ne vont pas à la population ou à l’économie grecques, mais sont tout de suite détournées vers les banques vautours internationales, qui exigent de haut taux d’intérêt pour leurs prêts accordés à la Grèce. En réalité, l’on n’aide pas la Grèce, mais on alimente les banques internationales, pour qu’elles ne doivent surtout pas faire d’amortissements sur l’argent perdu avec leurs emprunts d’Etat grecs.

    2. Lors de la première tranche du premier soi-disant plan de sauvetage, l’Allemagne a payé 10,8 milliards d’euros à la Grèce. Dans la même semaine, les capitalistes grecs ont sorti du pays la même somme en capitaux fugitifs. Le paiement n’a donc rien apporté, sauf de frapper les contribuables allemands de manière insensée. Et l’évasion fiscale en Grèce continue. Plus nous payons des aides financières, plus les capitaux fugitifs augmentent.

    3. Dès le début, l’UE a été une institution de corruption et de transfert. Elle a depuis longtemps octroyé le plus de subventions à la Grèce – un tiers de cet argent venait de l’Allemagne. De 2004 à 2008, 24,4% de tous les transferts de l’UE sont allés à la Grèce. 20 années de subventions n’ont apparemment pas amélioré le pouvoir économique de la Grèce, mais l’a plutôt habituée au goutte-à-goutte durable.

    Pourquoi l’Allemagne a-t-elle accepté un tel gaspillage de ses propres ressources? Pourquoi aucun gouvernement n’a protesté contre cette saignée insensée? Et pourquoi continue-t-on à réinjecter de l’argent?

    4. Les Etats membres subventionnés ne se sont pas contentés des subventions annuelles payées par les Etats solides – en particulier par l’Allemagne –, mais ils se sont par surcroit endettés encore plus que les Etats donateurs. Pendant qu’en 2010 la zone Euro toute entière était endettée en moyenne avec 85% de leur pouvoir économique (PIB) (l’Allemagne avec 2% de moins), la Grèce en est arrivée à 143%. En 2010, le niveau de la dette grecque s’élevait à 329 milliards d’euros, entre temps ce sont plus de 360 milliards.

    Entre-temps la Grèce a sans cesse promis qu’elle allait s’améliorer et se raffermir – exactement comme maintenant.

    5. La Grèce a été introduite dans l’UE par la haute finance américaine (la bande à Goldman-Sachs) d’une manière frauduleuse et n’a pas le droit de se désendetter par une faillite d’Etat, parce que sinon les crédits de la haute finance seraient perdus. C’est pourquoi, dans la discussion d’assainissement, il n’est jamais question de «participation privée», mais seulement, que les autres citoyens européens doivent se porter garant et assumer les dettes. Pour solde, la Grèce est un passage d’essai pour l’union de dettes et de responsabilité voulue par la haute finance, c’est-à-dire la responsabilité totale de tous les pays de la zone Euro – notamment de l’Allemagne – pour tous les crédits de la haute finance dans les pays européens. Ou exprimé différemment: Avec l’aide de la Grèce et des autres pays surendettés, on installe pour toute l’Europe un esclavage de la dette et une obligation de payer tribut au profit de l’impérialisme financier américain.

    6. La Commission européenne, qui aspire depuis longtemps à davantage de centralisme et de pouvoir et à moins de droits nationaux, tire à la même ficelle. Le Pacte budgétaire et le MES étaient une percée décisive pour l’abolition des Etats nationaux en Europe, déjà initiée dans le Traité de Lisbonne, et d’une l’instauration d’un gouvernement central régnant sur des provinces européens – comme l’a exprimé ouvertement le porte-parole de l’UE Juncker.

    Avec la poursuite de distributions d’argent à la Grèce, on améliore rien, on ne fait que prolonger la situation. On n’aiderait pas la Grèce, uniquement les banques créancières grecques. Si le MES ne peut être stoppé, nous serons, en revanche, face à la menace de devoir endosser la responsabilité totale pour les dettes grecques et celles de tous les autres pays européens.

    Dans la crise actuelle de l’euro, il ne s’agit pas de l’Europe, mais de savoir qui doit payer pour l’imprudence des dettes: les banques créancières, les Etats qui se sont endettés, ou tous ensemble, inclus les pays solides. Le MES exige la troisième variante. Mais cela ne représente nullement une solution, uniquement un ralentissement qui ne conduira pas seulement à la faillite de certains pays, mais à un effondrement total du système de l’euro ou à l’évaporation inflationniste des valeurs en euros.

    Source: mecanopolis.org

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires