• La France, à force des coupes budgétaires dans l'armée et les forces de l’ordre, des réductions des effectifs, d'une économie au point mort et sans avenir, sans oublier une politique de la ministre de la justice pitoyable, n'a plus les moyens de portée une présence et la sécurité dans le monde.

    Ils veulent, comme aux temps glorieux de nos ancêtres aller imposer la paix dans des territoires hostiles, mais, à cause d'une dégradation des moyens et une politique de l'hommiste, de l'autruche, la France n'est même plus capable de faire la circulation en République Centrafricaine.

    D'ailleurs que faisons nous là bas à essayer d'instaurer l'ordre, alors que nous ne sommes même pas foutu de l'instaurer en France, dans nos villes et nos campagne.

    Patriote64

    http://www.bvoltaire.fr/aristideleucate/en-centrafrique-la-france-en-reduite-de-la-figuration,52390

     

    En Centrafrique, la France en est réduite à de la figuration…

    3396635_hollande-visite-bangui-centrafrique

    La « Françafrique » a cédé le pas devant l’« Africafrance ».

    Qu’est venu faire le président soi-disant normal en Centrafrique, la semaine dernière ? Officiellement, encourager nos troupes et empêcher la partition d’un pays au bord de la décomposition ethnico-raciale. L’Élysée ne manque pas de communicants pour faire passer la pilule d’un déplacement coûteux et inutile auprès d’une opinion publique française médiatiquement sidérée. En revanche, nos services de renseignements extérieurs se sont révélés incapables de prévoir que la Séléka (ces coupeurs de routes provenant du nord de la RCA et composés de musulmans tchadiens et soudanais) s’en prendrait à l’avion présidentiel, le Quai d’Orsay ayant même déclaré n’être pas au courant des agissements de ce dernier, à proximité du tarmac !

    Cet événement, quasiment passé sous silence par les médias (sauf quelques entrefilets, plus ou moins substantiels, dans Le Monde, Le Figaro ou Le Parisien), démontre, ab absurdo, la dimension anecdotique de notre présence dans cette région de l’Afrique subsaharienne. Il y a quelques jours, nous déplorions dans ces colonnes la fin de la « Françafrique » dont, certes, l’opacité le disputait à une pratique quasi mafieuse de la diplomatie. Mais comment traiter avec le monde de l’informel sans recourir à des procédés non moins informels ? Toujours est-il que la nature de nos relations bilatérales avec les États de notre ex-« carré » colonial, bien que non dénuées de paternalisme, restaient néanmoins empreintes de pragmatisme, nous garantissant ainsi, sans que nul n’en disconvienne, de part et d’autre de la Méditerranée, une crédibilité certaine auprès de nos homologues et de leurs peuples.

    Or, la réduction de notre cellule « Afrique » à la portion congrue au sein du Quai d’Orsay, conjuguée aux sévères coupes sombres budgétaires de nos effectifs militaires, ont amoindri les moyens diplomatiques de la France dans cette partie du monde. Les imprécations de l’ancien président du conseil général de Corrèze ne pèsent absolument rien face à une complexe réalité centrafricaine belligène qui déborde largement sur ses frontières tchadiennes, soudanaises et camerounaises (on n’ose parler de ses marches congolaises). Pis, ils renforcent l’indécision structurelle qui caractérise l’intervention militaire française en RCA, depuis la prise de Bangui et le renversement du président Bozizé. Pire encore, en ravalant notre présence armée à une mission de simple police consistant à sécuriser les populations en les désarmant (et donc en exaspérant les tensions ethnico-tribales et ethnico-religieuses), Paris ne parvient plus à masquer son insondable faiblesse politique.

    Dès lors, en RCA, comme ailleurs dans l’aire africaine francophone, la « Françafrique » a cédé le pas devant l’« Africafrance », pour reprendre ce nouveau mot-valise d’Antoine Glaser (AfricaFrance : quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, Fayard, 2014). L’ancienne puissance coloniale en est réduite à de la figuration, ânonnant le même discours débilitant et stérile de la démocratie et des droits de l’homme dans une Afrique noire renouant avec ses irrédentismes précoloniaux. Fors cette moraline, Hollande peut apparaître les mains pures, mais il n’a pas de mains, aurait dit Péguy.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.islamisation.fr/archive/2014/03/04/le-maire-socialiste-de-jouy-le-moutier-95-s-engage-a-trouver-5313769.html

    Le maire socialiste de Jouy-le-Moutier (95) s'engage a trouver un terrain municipal pour une mosquée

    mosquee-jouy-le-moutier-mea.jpg

    Lu sur le site de l'association islamique Al Nour qui porte le projet :

    31 janvier 2013 : Signature de la charte par la mairie et l'association Nour, ou la mairie s'engage à mettre à disposition de l'association cultuelle Nour un terrain pour l'édification du lieu de culte par bail emphytéotique administratif...

    Extraits de la charte relative au lieu de culte musulman à Jouy le Moutier:

    "Considérant la nécessité de répondre à la demande d’améliorer les conditions d’exercice de culte musulman à Jouy-le-Moutier. Considérant que l’édification d’un lieu de culte est la réponse appropriée pour une pratique digne et reconnue. Cette charte régit l’utilisation du lieu de culte musulman afin de favoriser une bonne intégration de l’édifice dans son environnement.

    - La municipalité d’engage à mettre à disposition de l’association cultuelle Nour un terrain pour l’édification du lieu de culte par bail emphytéotique administratif respectant les périmètres du bâtiment. - Le bâtiment sera de taille moyenne, 550m2 maximum de plain-pied, sans mezzanine. Il comprendre une salle de prière pour les hommes, une salle de prière pour les femmes, des salles de cours pour l’étude du Coran, un bureau, une cuisine et des sanitaires hommes et femmes. - Une mobilisation active de l’association cultuelle Nour pour collecter les fonds nécessaires à la construction de la mosquée, sans recourir à des financement d’origine étrangère, qui permettra de réunir au mois 55% des financements nécessaires avant le dépôt du permis de construire.

    Le maire de Jouy-le-Moutier (16 400 habitants) Gilbert Marsac est membre du parti socialiste (biographie)

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • http://www.prechi-precha.fr/marine-le-pen-demande-la-dissolution-de-groupes-dextreme-gauche-fascisants/

    Marine Le Pen demande la dissolution de « groupes d’extrême-gauche fascisants »

     

    Fasciste de gauche est un pléonasme. Le fascisme est historiquement de gauche. Mussolini était le leader de la gauche socialiste et le programme fasciste était un programme de gauche. Pire, la répression envisagée par Mussolini n’était rien d’autre que celle imaginée par robespierre.(comité de salut public…)

     

    ——-

    La patronne du FN a accusé des « antifas » d’être responsables d’agressions contre des candidats de son parti aux municipales.

     

    Marine Le Pen a affirmé lundi matin sur LCI que « Manuel Valls était un homme dangereux ». Pour la présidente du FN, le ministre de l’Intérieur porterait une responsabilité indirecte dans les agressions que subissent, selon elle, « quotidiennement » certains candidats de son parti.

     

    En effet, elle demande à Manuel Valls de dissoudre certains mouvements d’extrême-gauche qu’elle a qualifié sur LCI de « fascisants ». [...]

     

    Le Pen : “Les groupes d’extrême-gauche sont protégés par Mr Valls” sur WAT.tv

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • http://www.wikistrike.com/article-qui-sont-les-nazis-au-sein-du-gouvernement-ukrainien-122810721.html

    Qui sont les nazis au sein du gouvernement ukrainien ?

     

    Le gouvernement ukrainien, issu du coup d'État, a été reconnu par les puissances occidentales. Il comprend plusieurs membres d'organisations explicitement nazies, dont trois leaders qui se sont illustrés en réalisant de fausses images d'agression et de torture pour convaincre l'opinion publique occidentale de la cruauté du président démocratiquement élu, Viktor Ianoukovytch. Le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité nationale revendique ses relations avec Al-Qaïda.

     


    Le coup d'État, organisé par la CIA, à Kiev a porté au pouvoir un gouvernement représentant des oligarques et de groupes extrémistes. Parmi ses membres, on relève la présence de plusieurs leaders nazis. C'est la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale que des politiciens se référant directement au IIIe Reich arrivent au pouvoir en Europe. 

    Deux de ses membres revendiquent des relations avec l'Émirat islamique du Caucase du Nord, une organisation liée à Al-Qaïda, selon les Nations Unies. Et l'un d'entre eux est parti combattre la Russie dans ce cadre. 

    Trois de ses membres ont participé à des opérations d'intoxication en jouant aux victimes du régime démocratique de Viktor Ianoukovytch. 

     

    1-4248-15c90.jpg

     

    Andriy Parubiy (Андрій Парубій) 

     Secrétaire du Conseil national de Sécurité et de Défense (organe qui chapeaute le ministère de la Défense et les Forces armées). 
    Co-fondateur du Parti national-socialiste d'Ukraine (avec Oleh Tyahnybok). 

     

     

    Dmytro Yarosh (Дмитро Ярош) 

    Sécrétaire adjoint du Conseil national de Sécurité et de Défense (organe qui chapeaute le ministère de la Défense et lesForces armées). 
    Leader de Stepan Bandera Treezoob et du Secteur de Droite.

     

     

    Yarosh s'est battu en Tchétchénie aux côtés des islamistes. Le 1er mars 2014, il a appelé à l'aide l'émir du Caucase du Nord, Dokka Umarov (Доку Умаров) considéré par les Nations Unies comme un membre d'Al-Qaïda. 

    Dans la fausse vidéo, réalisée par Andriy Kozhemyakin avec Andrei Dubovik jouant le rôle du méchant policier, il jouait le pauvre militant que l'on humilie dans la neige [1]. 

     

     

    Oleksandr Sych (Александр Сыч) 

    Premier ministre adjoint. 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). Militant anti-avortement (même en cas de viol). 

     

     

    Ihor Tenyukh (Игорь Тенюх) 

    Ministre de la Défense 
    Bien que son appartenance formelle au Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода) ne soit pas certaine, il participe à leurs réunions. Formé aux États-Unis, il dirigea les manœuvres conjointes de l'Ukraine et de l'Otan. Durant la guerre de Géorgie (2008), il organisa le blocus de Sébastopol et fut nommé amiral en second de la flotte. Sa nomination comme ministre de la Défense a convaincu la Marine ukrainienne de ne pas reconnaître le nouveau gouvernement et de hisser le pavillon russe. 

     

     

    Serhiy Kvit (Сергей Квит) 
    Ministre de l'Éducation 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). 

     

     

    Andriy Mokhnyk (Андрей Мохник) 
    Ministre de l'Écologie et des Ressources naturelles. 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). 

     

     

    Ihor Shvaika (Игорь Швайка) 
    Ministre de la Politique agricole et de l'Alimentation 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). 

     

     

    Dmytro Boulatov (Дмитрий Булатов) 
    Ministre de la Jeunesse et des Sports 
    Membre d'Autodéfense ukrainienne (UNA-UNSO). 
    Il a prétendu avoir été enlevé, avoir été séquestré et horriblement torturé du 22 au 31 janvier 2014. Il partit alors en Allemagne pour y être soigné, sans avoir rencontré de journalistes. Cependant, le ministre des Affaires étrangères Léonid Kojara déclara que l'homme se portait bien et qu'il s'agissait d'une mise en scène.

     

     

    En définitive, il revient un mois plus tard en excellente forme. 

     

     

    Oleh Makhnitsky (Олег Махницкий) 
    Procureur général d'Ukraine 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). 

     

     

    Tetiana Tchornovol (Татьяна Черновол) 
    Présidente de la Commission nationale anti-corruption 
    Membre d'Autodéfense ukrainienne (UNA-UNSO). 
    Elle a prétendu avoir été violemment agressée par des inconnus le 25 décembre 2013. Cependant, le ministre de l'Intérieur a dénoncé une mise en scène et accusé les cinq agresseurs arrêtés d'être des nervis de Vitali Klitschko. Cet événement relança le mouvement de protestation qui s'essoufflait.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.contribuables.org/2014/03/04/bercy-pretend-avoir-inverse-la-courbe-de-lexpatriation-fiscale/

    Bercy prétend avoir inversé la courbe… de l’expatriation fiscale?

    expatriation © Delphimages

    Bercy cherche à faire croire que la politique fiscale du gouvernement actuel a fait revenir en France des contingents d'"évadés fiscaux" repentis -ou du moins contraints de revenir sous la menace de la police du fisc. Jean-Paul Gourévitch, auteur d'une monographie sur le coût de l'expatriation pour Contribuables Associés, explique qu'au contraire : l'expatriation continue de plus belle !

    Par Jean-Paul Gourévitch

    Dans un article publié le 21 février sur son blog,  le journaliste économiste Jean-Marc Sylvestre stigmatise  les rodomontades de Bercy qui se glorifierait  de voir revenir les exilés fiscaux sans se préoccuper  des grosses fortunes qui partent à l’étranger. Notre monographie  sur l’expatriation des Français peut aider à y voir plus clair.

    Une_Monographie28

    Qu’entend-on par « exilé fiscal » ?

    Le terme d’ « exilé fiscal » est une dérive linguistique. On confond  l’expatriation fiscale légale qui suppose un changement de résidence fiscale  et l’évasion fiscale illégale quand le citoyen dissimule au fisc de son pays ses transferts de fonds.

    En 2010 l’administration décomptait 717 « exilés fiscaux » avec un patrimoine cumulé de 3,6 milliards d’euros. Aujourd’hui elle annonce 16.000 « retours » dont elle attend entre 2,4 et 4 milliards d’euros soit un patrimoine cumulé taxable d’environ 80 milliards d’euros. Cherchez l’erreur!

    Le tour de passe-passe de Bercy

    L’amnistie déguisée proposée par Bercy en ramenant le taux de pénalité fiscale à  15% pour les fraudeurs passifs et à 30% pour les fraudeurs actifs touche surtout  ceux qui disposaient d’un héritage légué par des « parents voyous » et qui, inquiets des demandes de transparence des banques suisses préfèrent payer une taxe modique plutôt que rechercher un paradis fiscal.

    Ayant perçu 230 millions d’euros pour 241 dossiers soit près de 1 million par contribuable, Bercy  laisse ainsi entendre qu’une partie des 50 milliards à trouver pour le pacte de responsabilité est déjà dans les caisses. C’est du mistigri. Les cas importants traités en priorité ne préjugent pas des autres. Les 15000 contribuables qui se sont renseignés sur les procédures d’arbitrage ne sont pas tous prêts à sauter le pas.

    Et pendant ce temps, l’expatriation fiscale se poursuit

    …Au rythme annuel  d’environ 4000 contribuables par an, sceptiques sur les capacités de redressement du pays,  découragés par  une  législation perçue comme une machine de guerre contre les riches et les classes moyennes, anxieux de devoir vendre une partie de leur patrimoine pour payer leurs impôts ou tout simplement désireux d’optimiser leurs gains.

    Nous avions estimé en 2013 le coût de l’émigration fiscale annuelle à un minimum de 614 millions d’euros hors les motivations fiscales de l’immigration entrepreneuriale ou de l’immigration retraitée. C’est deux fois et demie les sommes récupérées. Changer de cap en clamant les vertus de l’entreprise qui crée la richesse ne suffit pas à inverser la courbe de l’expatriation fiscale. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://h16free.com/2014/03/04/29544-lecotaxe-fait-deja-des-degats-et-cest-tant-mieux

    L’écotaxe fait déjà des dégâts et c’est tant mieux

    Catastrophe mes petits amis c’est la panique c’est horrible c’est abominable rien ne se passe comme prévu ! L’écotaxe, qui devait rapporter 450 millions d’euros, a été suspendue et ne pourra donc financer la grosse centaine de projets planifiés ! Et on découvre à peine l’horreur de la situation et l’ampleur des dégâts…

    La reculade de l'écotaxe et la mise à jour de l'écologie punitive et deficiente.

    Je résume : à la suite de la gronde aussi mémorable que bretonne de novembre dernier symbolisée par des bonnets rouges, le gouvernement, solidement armé de sa petite paire de raisins secs en guise de gonades, a vaillamment reculé et repoussé son projet d’écotaxe vivifiante et citoyenne en jugeant que ça ne valait peut-être pas le coup de se mettre encore plus mal qu’il ne l’était déjà, municipales approchantes. À la suite de quoi, il a été prudemment décidé de ne mettre en vigueur l’écotaxe qu’à la fin de l’année 2014, lorsque les échéances électorales seraient passées, la courbe du chômage inversée et les conflits en Afrique apaisés avec le brio qu’on peut déjà imaginer sans mal.

    La reculade de l'écotaxe et la mise à jour de l'écologie punitive et deficiente.

    Étonnante reculade s’il en est tant cette écotaxe était attendue avec ferveur par tout ce que la France compte d’écologistes enfiévrés qui ont bien compris qu’en rendant l’écologie punitive, en tabassant consciencieusement les citoyens de taxes et d’impôts, on allait enfin rendre à la France son aspect originel d’avant ces années de dérives technologiques, d’avant l’invasion de César et ses légions carbono-dépensières. Et en plus de ce bon fouettement vigoureux des ânes consuméristes et pétro-propulsés, l’écotaxe devait rapporter 800 millions d’euros qu’on vous dit, mais si, mais si.

    À l’analyse, bien sûr, n’importe qui pouvait se rendre compte que les chiffres et les assertions péremptoires sur les bienfaits et les rendements de la taxe étaient parfaitement fantaisistes (voire foutaisistes, pour le dire plus clairement) : des entreprises avaient malencontreusement parié sur la capacité de l’Etat à tondre encore un peu plus les contribuables, ces derniers s’étaient rebiffés, l’argent promis ne serait pas là, il fallait en faire son deuil. Et à la limite, si l’une ou l’autre coquine d’entreprise mouillée dans cette désastreuse idée pouvait calancher et montrer que faire des affaires avec l’Etat, c’était dangereux, peut-être toute cette affaire serait-elle finalement bénéfique dans ce pays où la corruption et les petits arrangements sont foison.

    ecomouv

    En attendant ces (trop hypothétiques) faillites ou cette (utopique) prise de conscience, et comme je l’expliquais en introduction, des effets se font cependant déjà sentir à la suite de la démonstration de pragmatisme de notre gouvernement. En effet, l’État avait tablé que le racket Écotaxe devait lui permettre de détourner 450 millions d’euros de la poche des contribuables vers ses propres paniers percés. Mais avec le petit revirement ayraultique, il n’en est plus question. Dès lors, certains projets tombent à l’eau.

    Je sens que quelques uns, à la lecture des lignes qui précèdent, n’ont pas bien compris l’importance de l’information, alors je vais résumer clairement : les recettes de l’État diminuent, certains robinets s’assèchent, des projets idiots vont disparaître. C’est, véritablement, révolutionnaire dans ce pays où la dépense publique n’a pas cessé d’augmenter.

    Austerité en France ?

    Et quand je dis « projets idiots », je ne prend en réalité aucun risque : à lire les projets qui ne pourront voir le jour par manque de fonds, on est tout de suite rassuré. Des bus, des trams, des parkings à vélo et autres bricolages intermédiaires à base de tram-train et autres trucmuches fumants, tous réclamés à corps et à cris par … des maires (juste avant les municipales, c’est vraiment commode, hein), dans cette épuisante course à la surenchère équipementière, marque subtile d’une gestion communale irréprochable.

    Ah, quelles belles idées que de dépenser des centaines de millions d’euros dans des lignes de trams qui cumulent l’inconvénient des aléas de circulation des bus avec celui des parcours fixes des trains, de surcroît extrêmement coûteux à installer ! Quel principe génial que celui de claquer des sommes colossales de la poche des contribuables dans des aménagements urbains dispendieux alors que les principaux problèmes urbains, les bouchons, sont précisément causés … par les aménagements urbains !

    Et puis, c’est tellement agréable de savoir, en tant qu’automobiliste, qu’une partie des taxes qui nous sont ponctionnées contribue à lutter contre la pollution en faisant rouler des bus de 15 tonnes qui crament 40L/100, qui sont vides 80% du temps, et qui distribuent de la particule diesel comme d’autres des flyers électoraux ! Comment ne pas agréer de tout son cœur à l’idée que les camions, puis les voitures, seront ponctionnés au titre de l’écotaxe pour financer à perte des lignes de bus vides, des trams lourds et bruyants et des systèmes de vélos bobos dont on retrouve la trace jusqu’à Bamako … (Z’inquiétez pas, tout ça, c’est de la rumeur : les bus ne sont jamais vides puisqu’ils ont toujours au moins une personne à bord, les trams sont carbone-neutre, c’est une évidence, et les vélos sont bien volés mais ne vont pas jusque dans le Névada, bien sûr.)

    Non, décidément, cette histoire d’écotaxe est une superbe démonstration de tout ce qui va mal dans ce pays : les connivences des industriels avec l’État sont en train de se retourner contre eux ce qui aura peut-être le bonheur de calmer les ardeurs des autres prétendants à la sous-traitance du Moloch. Les collectivités se retrouvent avec des trous pour financer leurs lubies pré-électorales, ce qui évitera sans aucun doute l’un ou l’autre naufrage débile et prévisible auxquels elles nous ont déjà pas mal habitué par le passé (Emprunts « toxiques », anyone ?)

    Et surtout, l’écotaxe, par la façon dont elle a été repoussée, montre qu’il existe, bel et bien, des façons efficaces de faire reculer l’État et la manie de ponction qui a échappé à tout contrôle du peuple.

    Qu’on se le dise.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • On pourra se poser des questions avec le temps qui passe sur l'implication et les manœuvres des américains et de l’Europe sur la déstabilisation volontaire de l'Ukraine.

    Comment se fait il que les européens ont fait signé un accord sachant que les terroristes ne le respecterai pas, et la fuite le jour même de Fabius vers d'autres cieux afin d'être le moins incriminé dans le futur. Comment l'Europe peut faire intervenir l'Otan sur le plan diplomatique, alors que c'est une force militaire hostile à la Russie, qui est sous le commandement américain.  Comment se permettre d'interagir politiquement en Ukraine sans passer par la diplomatie Russe.

    Tout a été fait par les américains et l'Europe pour créer une situation explosive en Ukraine car ne nous le cachons pas c'est bien un coup d'état qui s'est produit là bas, avec l'aide pour ne pas dire manipulation des Euroricains.

    Patriote64.

    http://salzenstein.over-blog.com/article-condamner-les-fascistes-de-kiev-pour-sauver-l-ukraine-122789897.html

    Pourquoi nous devons dénoncer le pouvoir illégitime de Kiev et la collusion droite-fasciste afin de promouvoir la paix et la prospérité de l'Ukraine.

     

    Quand on reparle de géostratégie à l'échelle internationale et de son implication sur l'Ukraine
     
    secteur-droit-appel-au-meutre-zoom-copie-1.jpgCopie d’écran de la page “vkontakte” du leader fasciste Dmitry Jaros soutenu par les Etats Unis et l’Union Européenne, où il appelle ses amis à organiser des attentats terroristes en Russie. En savoir plus.
    Je sais bien que la situation est comme partout complexe. Mais je crois, au risque de simplifier, que l'on ne peut pas comprendre la position de la Russie d'envoyer ses troupes sans la voir sous l'angle de la "guerre" que mène l'OTAN et la Russie dans le monde. La guerre est la raison d'être des USA. Avoir des ennemis n'est pas seulement une nécessité stratégique liée à la volonté de contrôler les voies d'approvisionnement en énergie ou en matières premières. Elle n'est pas seulement la parce qu'il faut faire la guerre pour faire de l'argent en vendant des armes. La Russie gêne réellement les visées géostratégiques étasuniennes. La chute de l'URSS nous aura appris une chose au moins, c'est que ce pays n'était pas tant l'ennemi idéologique, mais intrinsèque à la compétition que se livre les principaux pôles de notre planète, Chine comprise. La Russie est vraiment l'ennemi sinon à détruire, au moins à neutraliser. Maintenant, ce n'est pas en Syrie, au Nicaragua, en Libye au Vénézuela ou ailleurs que les blocs s'opposent, c'est aux frontières de la Russie. La Russie a pour elle la légitimité. "La Russie a beau jeu de dire qu'elle ne fait que se conformer à un accord international signé entre les deux pays souverains, signé au début des années 90 et qui fait que la Russie vient en aide à l'un de ses alliés prétendument en danger. Les États-Unis feraient pareil si un pays de l'OTAN était mis en danger. Les Russes vont jouer la légalité de leur action pour éviter que l'ONU s'en mêle, et donner une bonne image de leur intervention" (politologue français). La Russie ne peut pas accepter le basculement de l'Ukraine dans un régime fasciste téléguidé par l'OTAN, qui est l'ennemi de la Russie. Par ailleurs, la prise du pouvoir à kiev peut être raisonablement interprété comme un putsch néonazi poussé par l'OTAN. La question est qu'il faut absolument éviter la guerre civile que préparent les créatures des Etats Unis, i. e. les bandes armées fascistes entrainées en Ukraine et dans le Caucase russe, voire en Pologne ou en Lituanie, qui comptent désormais leurs effectifs en milliers. Pour avoir frôlé la violence qui commence à enflammer l'Ukraine, il me semble que l'interposition des forces russes est plutôt un moyen d'éviter la guerre civile, les lynchages, la balkanisation et la guerre [lire le lien : "Ce sont les fascistes qui font la loi à l'ouest de l'Ukraine et à Kiev"]. L'Ukraine est une poudrière sur laquelle les Etats Unis d'Amérique et leurs amis de l'Union Européenne cherchent à jeter des allumettes par nécessité.
    Une Europe qui non seulement ferme les yeux devant le fascisme et les atteintes aux droits humains, mais soutient le fascisme contre la liberté en Ukraine

    L'Europe n'est pas une masse homogène et il semble acté que quasiment seuls la Pologne et la Roumanie souhaite réellement l'entrée de l'Ukraine dans l'espace européen, alors que pour l'Allemagne et la France, les choses sont nettement plus complexe, ce qui explique pour beaucoup la relative réserve diplomatique. Trop d'intérêts contradictoires en jeu. Pas seulement le problème du gaz qui transite par l'Ukraine ou de la Russie qui est un marché émergent et une porte vers l'Asie. Toutefois, le point commun qui pèse et qui pollue les tentatives d'apaisement est que l'OTAN est une organisation totalement inféodée à la politique étasunienne impérialiste. L'OTAN est une force qui tire dans la direction du conflit alors qu'en Europe, il existe les germes qui permettraient d'apaiser la situation et de faire diminuer le niveau des tension en faisant réellement jouer le bal diplomatique.
    Février 2014 n'est pas une révolution orange mais un coup d'état fasciste

    Mais il ne se passera rien tant que les peuples n'auront pas pris conscience qu'il ne faut pas voir une révolution orange dans le coup d'état qui a conduit à confier les rênes du pouvoir à un attelage allant de la droite de la finance d'Arseniouk (Timochenko) à l'extrême droite parlementaire qui est à l'image du Front National en France en plus fasciste, avec le parti du très riche Oleg Tiagnibok (37 députés, leader du parti fasciste "Svoboda" - la liberté) et du sinistre groupement paramilitaire fasciste "pravyj sektor" qui a pris d'assaut Maidan et vaincu les berkuts et fait tomber Yanoukovitch. C'est le mouvement de Dmitry Jaros, véritable armée fasciste sur-entrainée à l'image des "boiéviki", formés sur le terrain des guerres duCaucase, financés de longue date par la CIA, et qui attendent depuis 20 ans de prendre le pouvoir en Ukraine. Leur heure de gloire est arrivée et ils n'entendent pas la laisser passer. Le fascisme s'accrochera au pouvoir. Il possède de solides bases idéologiques, et une assise populaire, des héros fasciste, icône d'une Ukraine qui n'a jamais disparu, comme avec Stepan Bandera, de sinistre mémoire.
    Que vaut une loi votée avec quand les députés ont le pistolet sur la tempe?

    pravyj-sektor-avec-arme-au-conseil-de-region.JPGDans un parlement régional, un leader de "Pravyj Sektor" explique que ceux qui ne sont pas d'accord avec lui peuvent le dire, mais c'est lui qui tient l'arme autoimatique et le couteau de combat. Lien avec la vidéo et un article.
    Les fasciste de Pravyj Sektor et de Svoboda occupent l'espace public. Des types avec des kalachnikov et des cagoules gardent l'entrée du parlement national, la Rada. Les députés votent avec la peur au ventre, les menaces contre leurs proches, ce qui explique pour quoi tous les élus du parti des régions n'ont pas fui le parlement.
    Un pouvoir fasciste dont le but ne semble être que de détruire l'Ukraine en appauvrissant, humiliant, lynchant, terrorisant en plongeant l'ukraine dans la pire crise économique de son histoire

    Les Ukrainiens qui étaient déjà pauvres en terme de niveau de vie avant le coup d'état sont maintenant confrontés à la pire crise qu'ils aient connu depuis la guerre, pire même que celles des années quatre-vingt-dix où les gens mangeaient des racines ou mouraient de faim dans l'indifférence générale. Cette Ukraine où l'espérance de vie des hommes (avant Maidan) n'était que de 62 ans pour les hommes, soit exactement l'age du départ à la retraite après qu'il y a deux ans, Yanoukovitch ait satisfait aux exigences du FMI qui lui a demandé de faire passer l'age légal de 60 à 62 ans pour les hommes (et de 55 à 60 ans pour les femmes)... Dans cette Ukraine, les "classes moyennes" de Kiev ont un temps cru à l'appel de l'Europe, ces classes moyennes touchaient 800 euros par mois il y a une semaine, mais avec la chute du grivna, cela ne représente déjà plus une semaine plus tard que 600 euros par mois... Quant aux pensions... Essayez de vivre avec 120 euros par mois dans un pays où les prix sont comparables, voire maintenant supérieurs à ceux que l'on connait en France. Les salaires moyens sont estimés à 400, 350 et 200 dollars respectivement à Kiev, dans le Donbass et dans le reste du pays. Faites vos comptes! Banques fermées, comptes de dépôts bloqués, quasi faillite financière, très forte inflation, pénurie, chute brutale du cours de la monnaie nationale. Mais aussi dissolution de la police anti-terroriste et remplacement par les milices fascistes, augmentation de l'insécurité, du banditisme. Forte instabilité politique, quasi-anarchie dans certaines régions, lynchages, humiliation, exécutions, enlèvements, viols... Et maintenant menace de guerre civile. voilà la réalité de l'Ukraine quand on enlève les lunettes opaques de la propagande occidentale.
    Un pouvoir qui avec la bénédiction de l'occident promeut la guerre civile en cherchant à dresser les uns contre les autres en Ukraine

    ymtiLueoGJM-copie-1.jpgTémoignage de Rostislav Vasilko: "Ils m'ont glissé des aiguilles sous les ongles, battus avec des bâtons et des coups de poing, ils m'ont frappé au poumon droit, ils m'ont cassé trois côtes, la cloison nasale, j'ai un kyste du visage. Mon crâne est éventré. J'ai subi une commotion cérébrale au deuxième degrés. Mon corps est couvert de bleus. Ils m'ont battus avec toutes sorte de documents , de l'argent, une chaîne en or avec une croix ". Selon le chef des communistes de Lviv "ils ont poursuivi ma mère, mes enfants, ils les ont menacé de mort. Ils ont menacer de mort ma conjointe et moi même. Aidez moi à trouver un asile politique dans un autre pays". A l'heure actuelle, Rostislav Vasilko est toujours à l'hôpital à Kiev dans un état grave.
    Réveil brutal d'une Ukraine où le fossé sépare ceux qui voient dans la Russie le "spectre du communisme" et assimilent tout ce qui est russe au "diable", et deviennent haineux dés qu'ils entendent la langue russe, traitent les ukrainiens de l'est de communistes (du coup ironie du sort, ceux-ci le redeviennent et se mettent à défendre leurs statues de Lénine et leurs monuments soviétiques), et une autre qui commence à haïr également une Ukraine de l'ouest plutôt rurale qualifiée de fasciste, de "banderas", et il y a l'image du "paysan cul-terreux raciste avec son petit lopin de terre et sa productivité nulle" et du "changeur de pampers parti travailler en Italie pour batir une grande maison près de Lvov" et ceux à l'est qui disent que "cette Ukraine de l'ouest n'entrera jamais dans l'union européenne" et n'aura que les yeux pour pleurer et "que des prostituées et des balayeurs à offrir en pâture à l'Europe". Les images de lynchages et l'humiliation que les fascistes font subir aux communistes, au militants et élus du parti des régions à l'ouest, mais aussi à la police qui est respectée parmi les russophones abreuvés de nouvelles sur les attentats terroristes en Russie sont profondément choquantes et sonnent véritablement comme une provocation. N'est-ce pas le but recherché par les fascistes? A qui profite le chaos en Ukraine? Poser la question c'est déjà y avoir répondu.
    les-fascistes-ne-respectent-pas-les-conventiosn-de-geneve.JPGUn exemple de violation des conventions de Genève par les miliciens fascistes de Maidan : un policier blessé à la main et ayant perdu un œil est presque mort. Alors que l'un des deux gardes dit: "appelle les secours". L'autre fasciste répond: "non, on n appelle pas les secours, c est un berkout" (policier). En savoir plus: la vidéo (dont le contenu peut choquer du fait de sa violence, alors attention, en cliquant sur le lien vous certifiez que vous êtes majeur) et un article.
    policier-humilie-par-des-fascistes.JPGDans cette vidéo, des fascistes ukrainiens contrôlent une voiture de police à une station essence et exigent sous la menace d'une arme que les policiers montrent leurs documents en leur disant que ces policiers n'ont pas le droit d'être là. Dans cette Ukraine désormais livrée à l'anarchie et au banditisme, les fascistes se plaisent à humilier la police. Un pouvoir qui encourage l'humiliation des représentant de la loi est typiquement un pouvoir qui cherche à détruire l'Ukraine. Lien avec la vidéo, et un article.
    Si pour promouvoir la stabilité, la prospérité, la paix et la sécurité des personnes, la solution serait de laisser une partie de l'Ukraine se placer sous la protection de la Russie, pourquoi serions nous choqués?

    La Russie a certainement besoin de montrer sa force aussi pour des raisons de politique intérieures. Mais alors que Vladimir Poutine culmine au delà de 70% d'opinions favorable en Russie, que les Jeux Olympiques d'hiver ont été un succès avec une organisation que tout le monde loue, et surtout la Russie qui a raflé la première place tant en nombre de médailles (33) qu'en nombre de médailles d'or (13). C'est important pour comprendre la popularité du chef de l'état russe.
    Mais il ne faut pas se tromper. Les manifestants de l'est du pays ne demandent pas le rattachement à la Russie. Les Ukrainiens russophones qui descendent dans les rues de Donetsk, Kharkov, Odessa, Mariupol, ou Dniepropetrovsk aspirent avant tout à la paix, et appellent la Russie à l'aide pour sauver l'Ukraine du fascisme et de la destruction politique et économique. Leurs revendications sont d'avoir une autonomie totale sur l'économie de leurs régions. Les Russophones de l'est et du sud de l'Ukraine ne sont pas des citoyens ukrainiens de seconde zone, l'Ukraine est leur pays. Mais face aux menaces d'invasion fascistes et aux lois anti-russe, il faudrait être pragmatique et leur reconnaitre le droit à se placer sous la protection de la Russie. Une opération russe en Ukraine est peut-être à même d'apporter la paix, d'éviter la guerre civile et de pallier à une situation de crise économique urgente qui nécessite une aide humanitaire que la Russie saura donner à ses frères et ses soeurs ukrainiens.
    Enfin, en ce qui concerne la Crimée, la protection demandée par la majorité de la population (alors que le pouvoir fasciste vient d'abolir le statut de la langue russe) est légitime, on doit savoir le reconnaitre. Sébastopol a été placée sous l'administration directe de Moscou jusqu'en 1978, et la cession de la Crimée à l'Ukraine en 1954 n'était que purement administrative car effectuée au sein d'un même état, l'Union Soviétique. Les liens avec la Russie sont forts et c'est officiellement que le gouvernement de Crimée a appelé la Russie à protéger cette région autonome.
    Donetsk-1er-mars-2014.JPGManifestation à Donetsk le 1er mars 2014. dans ce poumon économique qu'est le Donbass (25% de l'industrie du pays pour 10% de la population), les habitants du Donbass à l'image de ceux des autres grandes régions de l'est et du sud de l'Ukraine appellent la Russie à l'aide. Lien avec la vidéo et un article relatant les manifestations du 1er mars.

    Dénoncer l'attelage de la droite et du fascisme en Ukraine pour sauver l'Ukraine de sa plus profonde crise économique, sociale, politique et identitaire

    croix-gammees-a-la-mairie-de-kiev.JPGA Kiev, les fascistes ont décoré tous les étages de la mairie de la capitale avec des croix gammées. Quand l'idéologie nazie des nouveaux maitres de l'Ukraine éclate au grand jour. Lien avec la vidéo (à partir de 1'10) et un article.
    Il n'est pas né celui qui pourra prédire l'avenir. En revanche, si l'on veut peser pour la paix et le retour à une bien relative prospérité, il faut faire quelque chose et ne pas rester les bras croisés. Les choses évolueront et on peut ne pas avoir une position que l'on gardera, mais je crois qu'il faut voir ce qui peut réellement apporter la stabilité et garantir la paix. faire ce que l'on peut faire en France en emboitant le pas ou en suscitant des initiatives dénonçant la connivence de la droite parlementaire ukrainienne des oligarques avec les partis et milices fascistes, et dénoncer aussi les collusions qui existent entre les fascistes d'Ukraine et les sordides intérêts des États Unis d'Amérique.
    Il faut que nos dirigeants non seulement cessent de soutenir le gouvernement de Kiev, mais de plus, qu'ils condamnent et fassent tomber l'étrange attelage de la droite des oligarques avec le fascisme. Je dis étrange parce que je crois encore en la démocratie, même si en Uklraine, celle-ci a vendu son âme sur les terres nauséabondes du fascisme. Si c'est le prix pour faire cesser les souffrances du peuple ukrainien et rétablir la république, tout en évitant une guerre civile, un soutien à une opération russe ne serait-il pas la solution raisonnable à adopter? On peut se poser légitimement la question.
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire