• http://www.breizh-info.com/3680/actualite-societale/ayrault-100-000-euros-par-mois-pour-proteger-son-domicile-nantais-exclusif/

    Ayrault : 100.000 euros par mois pour protéger son domicile nantais ! [Exclusif]

    Ayrault : 100.000 euros par mois pour protéger son domicile nantais !

     

    18/11/2013 – 10H30 Nantes (Breizh-info.com) – Depuis son entrée en fonction, le 15 mai 2012, l’hôtel particulier que possède le Premier ministre Jean-Marc Ayrault dans un quartier résidentiel du centre-ville de Nantes est gardé en permanence par des policiers. Combien cela coûte-t-il au contribuable ? La réponse est édifiante.
    Depuis 18 mois, ce sont au moins trois policiers qui sont de faction devant le domicile nantais de Jean-Marc Ayrault. Résidant à Paris avec son épouse, l’ancien maire de Nantes ne fait plus que de furtives apparitions dans la cité des ducs. Autant dire que la police veille consciencieusement sur une maison vide.
    A combien revient cette surveillance ? De sources proches du ministère de l’Intérieur, le coût annuel d’un policier de base pour l’Etat est de 50 000 euros par an (traitement, indemnités, primes et charges sociales). Compte tenu de la durée du travail, des congés payés, des récupérations, des stages, des arrêts de travail etc., il faut en réalité huit fonctionnaires de police pour assurer la présence permanente d’un seul en un endroit déterminé. Sachant qu’au moins trois policiers montent la garde devant le domicile nantais du Premier ministre, ce sont donc en réalité 24 agents qui sont mobilisés pour cette tache.

    Le calcul est simple : 24 x 50 000 = 1.200.000 euros par an, soit 100.000 euros par mois. Monsieur Ayrault étant en poste à Matignon depuis un peu plus de 18 mois, l’Etat – les contribuables – aura donc dépensé à ce jour 1.800.000 euros pour assurer la protection de son domicile vide, évalué, selon sa déclaration de patrimoine, à 650 000 euros.
    Pour mémoire, la résidence secondaire que l’hôte de Matignon possède à Sarzeau, dans le Morbihan, évaluée à 540.000 euros, est gardée par un détachement de dix-sept gendarmes, équipés de quatre fourgons et d’une voiture.

    Alors que le nombre de cambriolages explose et que les agressions se multiplient à Nantes comme ailleurs, que la police ne met que peu ou pas les pieds dans les quartiers dits « sensibles » de la région comme Malakoff ou Bellevue, il y a donc au moins un habitant qui ne craint pas pour son domicile ou sa résidence secondaire. Contrairement à celles des citoyens lambda, les demeures privées de l’oligarchie socialiste sont bien protégées. Voilà qui ne manquera pas, en ces temps d’austérité, de réjouir les contribuables.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.polemia.com/les-francais-ruines-par-limmigration-de-gerard-pince/

     

     

    « Les Français ruinés par l’immigration » de Gérard Pince

     

    « Les Français ruinés par l’immigration » de Gérard Pince

     

    « Ce livre […] confirme pour l’essentiel les conclusions auxquelles était parvenu le Prix Nobel d’économie Maurice Allais. »

     

    ♦ Gérard Pince est docteur en économie et spécialiste de l’économie du développement ; il a publié en 2013 un petit livre intitulé Les Français ruinés par l’immigration (éditions Godefroy de Bouillon). Dans cet ouvrage assez aride Gérard Pince a résumé ses analyses de la comptabilité nationale destinées à évaluer l’impact des populations immigrées sur notre économie. Les sources de toutes les données chiffrées utilisées par l’auteur sont disponibles dans les annexes ; ce rapport est vérifiable par tous les amateurs d’arithmétique.

     


     

    Les bases du calcul

     

    A la différence d’autres rapports, celui de Gérard Pince ne prend pas en compte tous les étrangers et leurs descendants de la première génération mais seulement les étrangers d’origine extra-européenne parce que, selon lui, l’impact positif des étrangers d’origine européenne sur nos comptes nationaux masque l’impact négatif des étrangers originaires des pays tiers. Par ailleurs et à la différence de rapports qui ont conclu au faible impact de l’immigration sur notre économie, celui-ci prend en compte la part des dépenses régaliennes qui sont imputables à ces étrangers (les premiers n’intègrent que les recettes).

     

    Selon l’étude de l’INSEE de 2012, il y avait en France, en 2008, 5,3 millions d’immigrés et 6,7 millions de descendants directs de ces immigrés, soit un total de 12 millions de personnes dont 7 millions d’origine extra-européenne ; soit encore 4,1 millions d’immigrés extra-européens et 4 millions de descendants en 2011 après correction. Rappelons que les populations vivant en France à la fin de 2011 comprenaient, selon une évaluation, un total de 65,4 millions de personnes ; la part des étrangers représentant 18,4% du total et celle des étrangers non-européens 12,4%. En 1946, 88% des étrangers installés en France étaient d’origine européenne tandis qu’aujourd’hui, ces derniers n’en représentent plus qu’un gros tiers ; il y a bien une modification profonde de la nature de l’immigration.

     

    Une autre vision de l’immigration

     

    G. PinceLa plupart des commentateurs de l’immigration pensent, ou feignent de penser, que les immigrés vivant en France participent à l’économie nationale au même titre que les nationaux, ce que les chiffres donnés par le gouvernement lui-même ne permettent pas de vérifier. En 2011, le taux de chômage national était de 9,1% (2,6 millions sur un total de 28,4 millions de « personnes actives »), celui des nationaux et des étrangers originaires de l’Union européenne de 7,8% et celui des étrangers extra-européens de 20,7% (600.000 sur un total de 2,9 millions de « personnes actives »). La part des personnes « occupées » parmi l’ensemble des personnes en âge de travailler n’était que de 40% au sein de la population d’étrangers extra-européens tandis qu’il était de 64% dans l’ensemble rassemblant les nationaux et les immigrés d’origine européenne. De plus, cette situation ne s’améliore pas avec le temps ; la première génération d’immigrés extra-européens a un taux de chômage de 20% tandis que celui de la suivante atteint 23% ! Des études faites à partir des recensements de 1975, 1982 et 1990 montrent que le taux de chômage des jeunes issus de l’immigration maghrébine augmente régulièrement. Contrairement à tout ce que nous serinent les médias, le temps n’améliore pas les choses dans ce domaine.

     

    Contrairement à une antienne récurrente, les étrangers extra-européens n’occupent pas tous les emplois pénibles dont les natifs ne veulent plus ; si 11% d’entre eux travaillent dans la construction (6% des autres), ils ne sont par contre que 1% dans l’agriculture (3% des autres) et 10% dans l’industrie (14% des autres). Enfin 80% des étrangers non-européens occupent des emplois souvent mal payés du tertiaire mais il en est de même pour les natifs peu qualifiés. « Cette importante mise au point relativise l’argument compassionnel (les immigrés ont reconstruit la France après l’avoir libérée !). Elle montre surtout que les natifs sont substituables aux immigrés. Comme nous le verrons plus loin, certains contestent cette évidence afin de nier la responsabilité de l’immigration dans le chômage des autochtones et le déclin de leurs salaires. »

     

    La présence d’immigrés en surnombre par rapport aux besoins réels de notre économie crée, outre une pression importante à la baisse sur les salaires offerts pour les emplois peu qualifiés, une part du chômage des natifs que Gérard Pince a calculée. Il ressort de son calcul que le surnombre des immigrés en provenance du tiers-monde a pour conséquence le chômage de 1 million de natifs et de 500.000 de ces immigrés ! Contrairement à ce que les gens des médias nous disent et écrivent en permanence, l’immigration crée du chômage, ce que Maurice Allais écrivait déjà en 1998.

     

    L’immigration en provenance du tiers-monde nous a ruinés

     

    La part de la population des immigrés extra-européens et de leurs descendants de la première génération représentait 12,4% de la population de notre pays en 2011 mais sa part dans le PIB n’était que de 7,3% ; le PIB par tête de cette population était de 17.900€ quand celui des populations d’origine française ou européenne était de 32.300€.

     

    Il faut ajouter que la présence des immigrés nous contraint à investir dans des logements sociaux et des infrastructures (écoles, hôpitaux…) ; Maurice Allais estimait que, lorsqu’un travailleur supplémentaire s’installe en France, les infrastructures nécessaires coûtent quatre années de son salaire annuel, soit pour 200.000 entrées annuelles un coût total de l’ordre de 16 à 20 milliards d’euros par an. Les ressources financières immobilisées dans ces infrastructures sont autant de ressources qui ne sont pas investies dans l’appareil de production du fait que ces travailleurs ne sont pas nécessaires à notre économie parce que nous disposons de réserves considérables de main-d’œuvre inemployée (2,6 millions de chômeurs en 2011 mais plus de 3 millions aujourd’hui) et mobilisable en revenant à la semaine de 39 heures (plus de 2 millions d’équivalent temps plein), sans parler de l’inéluctable allongement de la vie professionnelle. Sachant que le chômage minimal se situe aux alentours de 4% de la population active, soit environ 1.000.000 de chômeurs, il apparaît très clairement que nous n’avons pas besoin d’immigrés supplémentaires et qu’il y en a déjà beaucoup trop. Dans cette histoire il y a, bien sûr, des perdants (les travailleurs autochtones peu qualifiés dont les salaires tendent à baisser ou qui sont contraints au chômage, les contribuables et les capacités d’investissement) mais il y a aussi des gagnants, dont les entreprises de génie civil qui construisent les logements et les infrastructures (Francis Bouygues fut le premier des grands patrons à plaider en faveur de l’immigration et du regroupement familial), la grande distribution et les privilégiés qui peuvent disposer de domestiques dociles et peu exigeants. Cela dit, la facture est salée parce que le coût annuel de la présence de ces quelque 8,1 millions de personnes se monte à 115 milliards d’euros selon Gérard Pince, soit le double du déficit budgétaire de l’Etat ! Leur présence coûtait 2.000€ par an en 2011 à chacun d’entre nous soit 8.000€ par an pour une famille de quatre personnes. La dette de la France qui approche les 2.000 milliards d’euros semble donc être, pour l’essentiel, une conséquence d’une immigration insensée qui ne nous enrichit pas, bien au contraire.

     

    De nombreux obstacles juridiques

     

    Pour mettre un terme à ces dépenses qui ruinent notre pays, il est évident que la première des mesures qui devrait être prise consisterait à mettre un terme à l’entrée de nouveaux migrants extra-européens (67% des Français considèrent qu’il y a trop d’immigrés et 59% sont même partisans d’une limitation de l’immigration en provenance des pays de l’Union européenne), ce qui impliquerait la mise en place d’un contrôle des frontières nationales et la suspension des Accords de Schengen. Par ailleurs, le Conseil constitutionnel et la Cour européenne des droits de l’homme s’opposeraient à la suppression du regroupement familial, et la limitation du droit d’asile serait en contradiction avec les traités en vigueur. Seul le rapatriement des étrangers extra-européens au chômage ou en situation irrégulière ne poserait pas de problème juridique.

     

    Gérard Pince estime que pour lever tous ces obstacles et imposer la volonté de la majorité des Français, il n’y a pas d’autre solution que le recours au référendum. Mais ce ne sera possible qu’à la faveur de l’élection d’un président de la République vraiment décidé à s’attaquer au problème essentiel qu’est l’immigration.

     

    Ce livre est, certes, aride, mais sa lecture est d’un très grand intérêt parce qu’il remet en cause tous les poncifs diffusés par les médias et confirme pour l’essentiel les conclusions auxquelles était parvenu le « Prix Nobel » d’économie Maurice Allais.

    Bruno Guillard

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://pbs.twimg.com/media/Be6jXSdCQAAUkHN.jpg:large

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://pasidupes.blogspot.fr/2014/03/islamisation-du-football-international.html

    Islamisation du football international: la FIFA autorise le port du voile

     
    Esprit du sport vs. communautarisme  

    Carton rouge à la FIFA
    La possibilité de porter le voile ou le turban a été officiellement intégrée dans les règles du football, a annoncé, samedi, la Fédération internationale de football (FIFA). L'International Football Association Board (Ifab), l'organe garant des lois du ballon rond, avait autorisé à titre d'essai le port du voile sous certaines conditions strictes il y a deux ans, à la demande de plusieurs pays musulmans. 
     
     
    Bientôt la kippa  et la coiffe bretonne?
    Ribéry et Anelka, prosélytes de l'islam
    sur les terrains de football
    Le Board avait ensuite accepté d'étendre cette expérience aux joueurs masculins après qu'un conflit autour du turban par des Sikhs eut débordé sur les terrains de football au Québec.
    "Une expérience a été menée et la décision restait à prendre. Cela a été confirmé: 
    les joueuses peuvent avoir la tête couverte pour jouer", a déclaré le secrétaire général de la FIFA, le Français Jérôme Valcke, lors d'une conférence de presse à Zurich.
     
     
    Discrimination des femmes
    A genoux, la FIFA ! 
     
     
    "Nous ne pouvons faire de discrimination. Ce qui s'applique aux femmes peut s'appliquer aux hommes. Les hommes peuvent aussi porter dans les différentes compétitions un couvre-chef", a ajouté Jérôme Valcke. Le Board a jugé ne plus avoir de raisons valables de l'interdire si les consignes fixées sont bien respectées. Car ce couvre-chef autorisé sur les terrains n'aura rien à voir avec le voile (!) ou le turban de tous les jours, promet la FIFA. Il doit être collé à la tête, être en accord avec la tenue du joueur, ne pas être rattaché à son maillot, ne pas constituer un danger pour celui qui le porte ou pour autrui, et ne doit avoir aucune partie qui dépasse. Les épinglettes pour le faire tenir aux cheveux sont aussi bannies. Draconnien !!
     
     
    Une circulaire sera envoyée dans la foulée aux différentes fédérations pour expliquer les "détails" de cette histoire. 
    La question du voile avait agité la planète du ballon rond ces dernières années et au-delà des terrains. L'Iran était allé jusqu'à porter plainte contre la FIFA parce que, faute d'autorisation à couvrir leurs têtes, les joueuses de son équipe nationale, avaient préféré faire une croix sur les qualifications pour les Jeux olympiques de Londres en 2012.

    Pour les instances dirigeantes du ballon rond, c'est l'aspect sportif qui a primé sur le débat autour du symbole religieux. "C'était une requête qui venait d'un groupe de pays et d'un groupe de joueurs qui disaient que cela contribuerait au développement du football et ce fut le principal argument qui a poussé l'IFAB à dire oui ", a souligné Jérôme Valcke.
    Si l'autorisation d'avoir la tête couverte sur les terrains est valable pour le monde entier, cela ne veut pas dire qu'elle sera appliquée partout.

    Des signes ostentatoires dans les stades et  bientôt dans les écoles

    L'interdiction des signes religieux ostentatoires pourront être remis en question dans les écoles par les parents d'élèves musulmans: pourquoi sur les terrains de sport et pas dans les classes? La France où le débat sur le voile fait rage depuis plusieurs années, fait encore de la résistance. Il y a deux ans déjà, la Fédération française de football (FFF) a déjà interdit le port du voile à ses licenciées, afin "de respecter les principes constitutionnels et législatifs de laïcité" qui prévalent dans l'Hexagone. Samedi, la FFF a rappelé que ces mêmes principes restent valables y compris "en ce qui concerne la participation des sélections nationales françaises dans des compétitions internationales" et maintenu "l'interdiction du port de tous signes religieux ou confessionnels" dans le pays.

    Le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Frédéric Thiriez, a lui déploré une "grave erreur", après l' autorisation du port du voile dans le foot. 
    "
    C'est une grave erreur, estime le patron de la LFP dans un communiqué. Je déplore la décision de la FIFA qui malmène le principe d'universalité du football selon lequel toutes les joueuses et tous les joueurs sont soumis aux mêmes règles et aux mêmes conditions de jeu". "Alors que la charte olympique exclut tout signe religieux, cette autorisation va à l'encontre du droit des femmes et menace la neutralité d'un football préservé des querelles religieuses et politiques", conclut M. Thiriez.

    Des associations féministes ont néanmoins exprimé leur désaccord, comme la Ligue internationale des femmes, Femix'sports et la Coordination française pour le lobby européen des femmes (Clef), dans une lettre ouverte à Joseph Blatter en décembre dernier.
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.contribuables.org/2014/02/27/combien-coutent-les-collaborateurs-de-mme-brigitte-ayrault-aux-contribuables/

    Combien coûtent les collaborateurs de Mme Brigitte Ayrault aux contribuables?

    debré brigitte ayrault contribuables

    Question écrite du député Bernard Debré adressée à Jean-Marc Ayrault, Premier ministre du gouvernement. Contribuables Associés remercie M. Debré d'avoir souligné cette dépense injustifiée aux frais des contribuables.

    En septembre dernier, vous avez pu apprendre que Madame Brigitte Ayrault, épouse du Premier ministre, s’était adjoint les services d’une collaboratrice de cabinet.

    S’il est de tradition que l’épouse du Président de la République dispose d’un cabinet bien que n’ayant aucun statut officiel, jamais dans l’histoire de la Vème République l’épouse d’un Premier ministre n’a bénéficié de tels services.

    Alors qu’il avait décidé de limiter le nombre de collaborateurs de cabinet pour les ministres, le Premier ministre a choisi de créer un poste de cabinet auprès de son épouse. Celle-ci n’ayant pourtant aucune fonction officielle dans notre République !

    Or, cette embauche, plus que surprenante, a un coût.

    A l’heure où le Premier ministre peine à trouver 50 milliards d’euros d’économie, chaque dépense qu’il engage doit être transparente, juste et justifiée.

    Question écrite au gouvernement (Question publiée au JO le 25 février 2014) :

    « M. Bernard Debré interroge M. le Premier ministre afin qu’il lui communique les informations suivantes :
    - le nombre,
    - la date d’embauche,
    - le statut,
    - la rémunération nette, primes et indemnités comprises
    - et les missions des collaborateurs affectés auprès de l’épouse du Premier ministre à Matignon, le calcul étant effectué en se basant sur une durée annuelle. »

     

    Nous attendons la réponse de M. Jean-Marc Ayrault !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.causeur.fr/m-comme-moscovici-melenchon-et-mechamment-mesquin,26124

    M, comme Moscovici, Mélenchon, et méchamment mesquin

    Vous préférez la diffamation ou l’exclusion ?

    guena melenchon moscovici

    Deux hommes politiques. Deux hommes politiques de gauche qui se détestent. Mais deux hommes politiques qui se sont illustrés cette semaine par un comportement absolument minable.

    Pierre Moscovici est ministre des Finances de la cinquième puissance économique mondiale, comme il le répétait toutes les dix minutes lundi soir sur le plateau de Mots croisés alors qu’il débattait avec Marine Le Pen. Pierre Moscovici connaît très bien l’économiste Jacques Sapir car, comme ce dernier l’explique sur son blog, son père Serge Moscovici le fréquentait.

    Pierre Moscovici sait donc d’où vient Sapir et ce qu’il pense. Mais, aussi médiocre débatteur que ministre, mis en difficulté, il a d’abord expliqué qu’il ne savait pas où situer ce partisan du démontage de l’euro : «  à l ’extrême droite ou à l’extrême gauche ? », avant d’assurer : « il est bien d’extrême droite ».

    Moscovici se rapetisse à vitesse grand V. Petit monsieur. Très petit monsieur. Incapable de faire face à la patronne du Front National, à laquelle il ne sert pas le même qualificatif, il n’hésite pas à salir un économiste qui a le tort de prôner la sortie de l’euro.

    Le débat sur le démontage de l’euro ne doit pas être interdit, titrait pourtant Marianne vendredi dernier, qui publiait un excellent dossier complet sur le sujet. Pierre Moscovici feint de penser qu’un économiste qui défend cette solution doit forcément être classé à l’extrême droite. Rendons hommage  à Yves Calvi qui a remis l’église au milieu du village en replaçant Jacques Sapir dans sa famille politique d’origine.

    Jean-Luc Mélenchon, l’avant-veille, avait donné une bien meilleure image de la politique. Invité par Laurent Ruquier, à l’aise et sympathique, il avait même reconnu ses imprécisions passées sur les dossiers économiques, notamment sur la monnaie européenne. Interrogé par Aymeric Caron sur ses relations avec Serge Dassault, il avait expliqué que les sénateurs, a fortiori au sein du même département, se tutoient et peuvent très bien et entretenir des rapports cordiaux, voire plaisanter de temps à autres. On le croyait volontiers. Jusqu’à ce qu’on apprenne le retrait de l’investiture de Maurice Melliet pour l’élection municipale de Périgueux. Le crime atroce de ce militant du Parti de Gauche : avoir bu l’apéro avec Yves Guéna, 91 ans, compagnon de la Libération et ancien ministre gaulliste. Il paraît qu’il ne faut pas donner l’impression aux électeurs de se compromettre avec l’adversaire. La bonne blague ! Il ne les prendrait pas pour des cons, les électeurs, Jean-Luc Mélenchon ?

    Non, il s’accorde simplement des passe-droits qu’il ne tolère pas chez ses ouailles. Le militant doit être discipliné et doit continuer à considérer le vieux Guéna comme un ennemi de classe. Mais le chef peut ripailler avec n’importe quel type de droite sous le regard des caméras. C’est ça, sa VIe République ? On va peut-être garder la Ve,  du coup !

    Pierre Moscovici et Jean-Luc Mélenchon ne s’aiment pas. Jacques Sapir et Maurice Melliet, eux, j’en suis certain, pourraient bien s’apprécier. Et moi je bois à leur santé à tous les deux.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Que nos politiques se donnent le courage de nous demander à nous le peuple de choisir si nous voulons de l'immigration massive, que eux nous imposent de force, en prônant devant les médias que c'est notre désir.

    Nous, peuple sensé, connaissons la réponse, mais eux, soyez assurez qu'ils la connaissent aussi et c'est bien pour cela qu'ils ne feront jamais un référendum sur ce sujet.

    Patriote64.

    http://www.les4verites.com/international/les-suisses-lancent-un-message-dalerte

    « Les Suisses lancent un message d’alerte »

    La Suisse, un petit pays qui se veut un modèle de réussite économique et sociale. Son référendum sur l’immigration suscite un tollé. Pourquoi ?  

    suisse

     

    Le référendum suisse refusant l’immigration de masse met une fois encore notre voisin à la une de l’actualité. Après les accusations de paradis fiscal, de refuge des grandes fortunes c’est aujourd’hui la demande populaire de limiter l’immigration qui alerte l’Europe, car Genève a signé les accords de Schengen sur la libre circulation entre les vingt huit et la Suisse.                                                                                                              

    Ce référendum est l’occasion de revoir les particularités de notre voisin, un Etat fédéral de huit millions d’habitants. Première particularité : trois langues officielles (Allemand, Français, Italien). Deuxième particularité : un gouvernement d’union nationale allant des conservateurs aux socialistes. Troisième particularité : une gouvernance limitée à sept membres regroupant les différentes fonctions ministérielles.                                               

    Durant la dernière guerre, la Suisse a pu conserver sa neutralité : une exception qui l’a fait suspecté de connivence ave le régime nazi, ce qui l’a obligé à verser 1,5 milliards de dollars à la communauté juive américaine. Hier, Genève était un paradis fiscal et la confédération se veut aujourd’hui transparente, au point qu’une banque comme l’UBS sanctionne  les dépositaires étrangers, mêmes modestes.                                   

    Ces exceptions historiques et financières ne doivent pas faire oublier les qualités d’un peuple travailleur (semaine de 42 heures), pratiquant le consensus social et conservant un outil industriel performant qui représente 26% du PIB, le double de la France. Cet ensemble de qualités permet à la Suisse de présenter un bilan qui ferait rêver bien de Européens et bien des Français. Voyons plutôt :                                                

    Selon la banque mondiale le revenu national brut par habitant  serait de 80 000 dollars contre 42 000 $ pour le Français, presque le double ….Le chômage ? Il est inférieur à 3% de la population active. La dette ? Elle est de 36% du PIB, alors que nous approchons des 100% ! La balance commerciale : elle présente un excédent de 20 milliards d’euro. Le montant des prélèvements : 26% du PIB contre 46% en France.     

    Alors, où est l’erreur ? Curieusement et paradoxalement, c’est son attractivité qui rend la vie courante et l’immobilier plus cher que dans notre hexagone. N’oublions pas non plus que 165 000 frontaliers travaillent dans la confédération, avec un salaire moyen double de ce qu’il est chez nous.                                                                                  

    Les politiques français, pour une fois unanimes, se refusent à débattre du cas suisse avec comme argument : c’est un paradis fiscal qui vivrait au détriment des pays « normaux », alors que le secteur financier helvétique ne représente que 12% du PIB. Répétons-le, son secteur industriel est connu du monde entier avec des célébrités comme Neslé ou Swatch, alors que le pays ne compte que huit millions d’habitants. Pour en revenir à l’actualité, une petite majorité de Suisses désire limiter l’immigration : elle serait choisie et non de peuplement. Mais compte tenu des migrations massives arrivant du Sud, quels seraient les pays européens qui accepteraient une immigration de peuplement s’ils étaient consultés ? Un sondage, certes partiel du Figaro indique que 91% des sondés sont favorables à des quotas.                    

    Certes le droit d’asile reste un devoir d’humanité, mais la remarque de Michel Rocard reste une évidence : «Nous ne pouvons pas recevoir toute la misère du monde». Les chiffres sont incontournables : un milliard d’Africains et 250 millions de Nord-Africains rêvent  de l’Europe. Leur continent doit trouver comme en Occident un équilibre entre démographie et économie. Les Suisses lancent un message d’alerte : sachons le comprendre pour l’adapter, à la fois, à la réalité géopolitique et aux idéaux de la morale. 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Je ne peux oublier les attaques des socialistes face à la manifestation pour tous, en traitant des familles entières et des représentants politiques d'homophobes, mais quand est il réellement de la pensée des socialistes, si tant soit peu ils s'en servent, sur les homosexuels.

    Où se trouve les virulentes "Femen", les associations LGBT, les médias engagés, les Najat vallaut-Belkacem et tous ces pseudos penseurs humanistes de gauche, tous ces politiciens si outrés qui tiraient à boulet rouge sur les détracteurs du mariage pour tous?

    Oui, car les socialistes ont été bien silencieux après l’annonce par le Nigeria des lois contre les homosexuels, et surtout que fait le président Hollande au Nigeria, alors que la classe politique de gauche et le gouvernement ont appelé à boycotter Sotchi pour des raisons similaires.

    Incohérence politique, incohérence sur la communication, mensonge et manipulation, que d'amateurisme dans cette caste politicienne.

    Patriote64.

    http://corto74.blogspot.fr/2014/02/francois-hollande-dejeune-avec-des.html

    François Hollande déjeune avec des homophobes nigérians !

     

     
    Aujourd'hui, Président va au Nigéria.
     
    A 12h30, il participera à une conférence dont les thèmes sont les suivants: « Sécurité humaine, paix et développement : objectifs pour l’Afrique du XXIème siècle ».
     
    A 13h30 Président déjeunera avec le président nigérian, Goodluck Jonathan.
     
    " Le sort des homosexuels au Nigeria n’était déjà guère enviable. Mais la loi promulguée le 7 janvier par Goodluck Jonathan, un président aux abois, fait un peu plus reculer leurs droits. Au Nigeria, les unions homosexuelles sont désormais passibles de quatorze ans de prison, et le soutien à la cause homosexuelle ou à des organisations gays est interdit. Si la loi vient brosser l’opinion nigériane dans le sens du poil, l’homophobie n’est pourtant pas la seule motivation de ces mesures abjectes : elles tombent aussi à point nommé pour faire diversion dans le débat politique nigérian, alors que le président semble à bout de souffle. " (source: Courrier International). 14 ans de prison, rien que ça !
     
    On se souvient que, dernièrement, Président et plusieurs de ses homologues occidentaux refusèrent d'aller aux JO de Sotchi afin de montrer leur désapprobation vis à vis des lois nouvellement promulguées par Poutine interdisant toute "propagande" homosexuelle en Russie.
     
    Compte tenu des nouvelles lois adoptées par le Nigéria, on aurait pu s'attendre à ce que Président renonce à ce voyage et qu'il délègue à sa place, comme il le fit pour les JO, un ministre de second rang. Et bien, non.
     
    Allez savoir pourquoi...
     
    Depuis son accession  au trône, Président semble avoir pris la fâcheuse habitude de recevoir en son palais de nombreux dictateurs malgré sa promesse. Il reçut, en grande pompe, il y a un an, Goodluck Jonathan.
     
    Je suppose que toutes les associations LGBT, les ministres droitsdelhommistes et toutes les pleureuses habituelles sauront protester vivement contre cette visite de Président en territoire ennemi !
     
    Considérant que la France n'a émis aucune condamnation officielle contre ces lois, on ne peut plus homophobes, nous pouvons en déduire que l'homophobie qui insupporte les autorités françaises dépend de conditions géo-politiques et non pas de considérations humanistes.
     
     
     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire