• Deux poids deux mesures d'un régime totalitaire de gauche.!

    A quand l'interdiction des groupuscules fachos d'extrême gauche, hommes de main des écolos gauchistes et amis de Valls et des socialistes ?

    Il est plus facile pour eux de s'en prendre à des patriotes qui manifestent pacifiquement qu'à leur amis. Le deux poids deux mesures et le sens égalitaire d'un régime totalitaire soutenu par une caste médiatique propagandiste..............écœurant et révoltant!!

    Patriote64

    http://www.les4verites.com/societe/profanation-de-la-basilique-de-montmartre-deux-poids-deux-mesures-encore-et-toujours

    Profanation de la Basilique de Montmartre : deux poids deux mesures, encore et toujours !

     

     

    En début de semaine, des individus, vraisemblablement militants d’extrême-gauche, ont tagué la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre. A nouveau, lorsqu’on s’en prend à un symbole de la Chrétienté, cela n’émeut pas grand monde et n’intéresse que peu les politiques.

     

    Qu’attendre également de la majorité des journalistes ? Pas grand chose. Certains s’en prennent systématiquement au catholicisme, comme une « vieillerie » à abattre. Mao n’est pas loin. Souvenez-vous d’ailleurs de Nicolas Domenach dénigrant la masse de « blancs, catholiques et provinciaux » ayant foulé le pavé lors de la manifestation historique organisée par La Manif Pour Tous le 13 janvier 2013. Comme si aujourd’hui en France c’était une tare d’être blanc, catholique et de ne pas habiter Paris !

     

     

     

    1743616_545314502251415_283439267_n

     

     

     

    Nouvelle violence de l’extrême-gauche

     

    Une nouvelle fois, l’extrême-gauche est à l’origine de ces actes, comme à Rennes ou à Nantes il y a quelques semaines, le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes étant devenu une excuse à ses agissements. On peut lire ici ou là que cette extrême-gauche violente « prospère depuis un an ». Certes, Hollande et son gouvernement de mauvais entretiennent logiquement des relations avec leurs alliés d’extrême-gauche. Mais qu’a fait la droite au pouvoir à ce sujet ? 

     

    Les responsables politiques de droite refusent malheureusement d’admettre la réalité de cette extrême-gauche depuis des décennies. Celle-ci dispose pourtant de nombreux bastions dans l’Ouest et dans quelques grandes villes, elle est à l’origine de violences et menaces permanentes dans les Universités Rennes 2, Toulouse 2, Lyon 2, Paris 1 (Tolbiac),… auxquelles peu de médias s’intéressent, et bénéficie de l’aide d’autres groupuscules européens pour les « gros coups ».

     

    Les membres et soutiens de cette extrême-gauche sont prêts à justifier toutes les violences, comme l’économiste marxiste Jacques Sapir :

     

     

     

    Sapir-sacre-coeur-1

     

     

     

     

    Attaque contre le catholicisme en plein carême

     

    Bien que leurs significations profondes soient différentes, carême et ramadan sont souvent comparés. Eh bien comparons ! Que se serait-il passé si, durant le mois de ramadan, des individus avaient inscrit « Feu aux mosquées ! » sur la Grande Mosquée de Paris ? Sans trop nous avancer, nous pouvons présumer quelques événéments. 

     

     L’immense majorité des politiques aurait crié son « dégoût » face à la « haine », au « fascisme », à l’ »islamophobie » rampante, « entretenue par des groupuscules d’extrême-droite ». Des manifestations auraient été organisées, au nom du « vivre-ensemble », du respect et de la tolérance. Des « Assises contre l’islamophobie » annoncées en grande pompe. Durant le défilé des Bisounours, des émeutes auraient éclaté dans les « quartiers populaires », « banlieues », « cités », bref zones de non-droit où pompiers et policiers se font constamment attaquer sans avoir le droit de réagir. 

     

    Les journalistes auraient quasi unanimement cherché un coupable « militant d’extrême-droite », l’auteur fut-il un anarchiste laïcard. Un ou deux écrivaillons auraient bien essayé de lier ces actes à « la radicalisation de la droite la plus extrême ayant participé à La Manif Pour Tous ». Le gouvernement socialiste aurait accusé l’opposition d’encourager la montée de la « haine » et le « retour de la peste brune » en France. Enfin, si le ou les coupables n’avaient pas correspondu à leurs attentes, ces courageux « journalistes » et « responsables » politiques se seraient montrés bien vite beaucoup plus discrets.

     

    Cette semaine, comme vous le savez, rien de tel. Deux poids, deux mesures.

     

     

     

    N’empruntons pas le terminologie de l’adversaire

     

    Beaucoup parlent de « cathophobie » pour désigner de ces profanations, en reprenant la terminologie socialiste de ceux qui ont peur de tout. Le suffixe « phobie » raisonne pourtant trop, et à raison, comme une « peur » dans la tête des Français. Habituellement, l’utilisation de ce suffixe permet de prétendre que si une personne s’oppose à un phénomène, c’est qu’elle en a peur, qu’elle en a peur parce qu’elle ne le connaît pas, et enfin qu’avec une bonne dose d’éducation socialiste, cette personne finira par être obligée d’aimer ce dont elle ne voulait pas initialement. 

     

    Comme toujours le flou entre « peur » et « haine » est maintenu pour pouvoir englober tous les adversaires et les mettre dans le même sac : d’une part ceux qui peuvent encore être persuadés par la danse du ventre socialiste, les ignorants en quelque sorte, « ignorants » parce que pas au fait de la « vérité » socialiste et, d’autre part, les adversaires résolus de la mascarade relativiste qu’on tente de leur imposer, forcément « haineux ». Or il ne s’agit nullement de peur ici, mais soit de haine envers le catholicisme, soit de la simple volonté politique d’attaquer les symboles d’un adversaire supposé… et de faire de la communication à peu de frais.

     

    Alors que la « France d’en bas », le « pays réel », la « majorité silencieuse » – appelez cela comme vous voulez – se réveille, allons-nous nous tirer une balle dans le pied en utilisant la terminologie relativiste de nos adversaires plutôt que de nous attacher à la réalité ?

     

     

     

    De timides réactions politiques… avant les municipales

     

    Peu de responsables politiques réagissent habituellement à ce genre de profanations. Les actes contre les Chrétiens, ce n’est pas assez vendeur, comprenez. Et puis quelle sanction attendre d’un électorat qui ne s’organise pas ? Quelle sanction attendre de ces Français qui, cela peut se comprendre, préféreront toujours voter pour un tiède plutôt que de laisser passer un socialiste qui s’attaquera directement à eux ?

     

    Parmi les élus ou candidats qui ont « condamné » cette inscription de tags sur la basilique de Montmartre, si certains sont évidemment sincères – nous les connaissons déjà – d’autres se sentent obligés de réagir avant les élections municipales. Ne parlons même pas du gouvernement socialiste, plus soucieux de minimiser sa débâcle électorale que de l’intérêt de la France et des Français. Ces « responsables » politiques viennent mendier vos voix cette semaine alors qu’ils vous ignorent – quand ils ne vous crachent pas au visage – le reste du temps. 

     

    A nous de réapprendre les rapports de force politiques pour ne plus être déçus bien peu après avoir voté, pour être véritablement écoutés. A nous de nous organiser pour peser politiquement dans les mois et années à venir. C’est comme une insulte que nous devons prendre le double discours de ces « responsables » politiques, et en gardant bien cela en tête que nous devons tous aller voter dimanche. 

     

     

     

    Samuel Lafont

    « Manipulations, Mensonges éhontés et scandaleux de la caste UMPS et des médias !!!Manuel Valls et son "Casse toi pov'con" !!!!! »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :