• L'Europe qu'on ne veut pas !

    http://lesmoutonsenrages.fr/2014/05/08/elections-europeennes-le-bourrage-de-crane-a-commence/#more-62743

    Elections européennes : le bourrage de crâne a commencé

     

    C’est le président de la république en personne Normal 1er qui s’y colle dans une tribune publiée aujourd’hui même dans Le monde, c’est dire si l’heure est grave (c’est à dire que tous les copains ne pourront certainement pas être recasés et que Vincent Peillon commence à flipper grave). La faute bien évidemment, et comme je vous l’avais annoncé, aux vilains abstentionnistes (et si on ré-ouvrait un Goulag pour tous ceux qui refusent de voter comme il faut ?) mais aussi aux vilains électeurs « tentationnalistes », c’est à dire tentés par « les extrêmes » et les islamo-pédo-nazis de l’UPR et du FN. Et donc, face à des premiers sondages désastreux pour les copains du PS (mais aussi les faux « ennemis » et néanmoins « collègues » de l’UMP sans compter les rabatteurs d’EELV et du FdG), l’oligarchie au pouvoir a décidé de sortir directement l’artillerie « lourde » (et en fait plutôt molle…) en la personne du Président himself, et avec un P majuscule (comme Pute, par exemple…) qui publie donc une longue tribune (c’est qu’il en a des choses à dire, François…) dans Le journal officiel de la république de référence de toute la presstitute, Le Monde (avec un M majuscule comme M….) dont je vais vous commenter en direct différé les points cardinaux.

     

    L'Europe qu'on ne veut pas !

     

    François Hollande : « L’Europe que je veux »

     

    Le moins que l’on puisse dire c’est que François  commence très mal… Car dés le titre, il nous annonce qu’il ne Peut rien mais qu’il Veut, et qu’il a donc autant d’influence sur la construction européenne et les orientations de l’UE qu’il en a eu sur l’inversion de la courbe du chômage ou le « retournement économique« . Car comme tout citoyen lambda le sait (et pas besoin d’avoir fait l’ENA pour comprendre ça), le vouloir c’est une chose, le pouvoir c’en est une autre…

     

    Et là cher lecteur je vais devoir sauter les 3/4 de la tribune du père François (ouf !) pour trouver, tout à la fin, à quoi ressemble donc l’Europe que « veux » notre Président. Accrochez-vous, c’est du Hollande, et donc repatatras, le paragraphe s’intitule :

     

    L’EUROPE DE LA VOLONTÉ

     

    C’est donc la reconfirmation (pour les crétins congénitaux et les bouchés de la Hollandie) que François ne veut rien et n’a aucune idée de ce que devrait ou pourrait être l’Europe (hum, un peu comme sur tous les autres sujet en fait…)

     

    Donc comme il n’a rien à dire (à part « allez voter ») ni aucune idée sur ce que devrait être l’Europe, sa vision de la chose c’est que la chose devrait partager sa vision. En gros. Et donc il faut une « Europe de la volonté », qui ressemble à François… D’où peut être les négociations sur le Grand Marché Transatlantique, qui donnera tous les pouvoirs politiques aux firmes transnationales au détriment des états (ou plutôt de ce qu’il en reste). Comme quoi il y a une cohérence, même dans l’impuissance…

     

    Entrons quand même dans les détails, car certains sont croustillants. A quoi ressemble concrètement « l’Europe de la volonté » (à part à vouloir, bien sûr…) ?

     

    L'Europe qu'on ne veut pas !

     

     

    A cette Europe de la dilution, j’oppose l’Europe de la volonté. Celle qui agit là où on l’attend, qui clarifie ses modes de décision, allège ses procédures, avance plus vite avec les pays qui le veulent, se concentre sur les défis à venir.

     

    Bon l’Europe de François c’est un peu comme la lessive de la ménagère donc, elle est hyper concentrée au lieu d’être diluée, et elle « agit là où l’attend », c’est à dire directement sur les  tâches. Elle « clarifie » bien sûr, car toutes les bonnes lessives sont transparentes, et surtout elle « allège ses procédures » et « avance plus vite », mais vers où, ça on ne le saura jamais. Mais attention, uniquement « avec les pays qui le veulent », c’est pas le Goulag, merde, quand même. Mais là où « l’Europe de la Volonté » est vraiment très forte et surpasse la lessive de Mme Duchemin c’est qu’elle  » se concentre sur les défis à venir« , c’est à dire qu’elle va repérer les tâches avant qu’elles n’apparaissent et aller directement se concentrer dessus. A moins bien sûr que François ne soit en train de nous parler de la surveillance de masse et de l’espionnage systématique des citoyens qui visent précisément à prévenir toute velléité de rébellion…

     

    Cette Europe est celle qui, à partir de la zone euro, redonne de la force à l’économie, met fin à l’austérité aveugle, encadre la finance avec la supervision des banques, fait de son grand marché un atout dans la mondialisation et défend sa monnaie contre les mouvements irrationnels. C’est une Europe qui investit sur de grands projets grâce à de nouveaux instruments financiers. C’est une Europe qui en termine avec la concurrence sociale et fiscale.

     

    Là ça envoie du lourd. L’Europe de la Volonté « redonne de la force à l’économie, met fin à l’austérité aveugle » et les grecs, les espagnols ou les portugais qui connaissent des taux de chômage supérieurs à 30%  seront heureux d’apprendre que la troïka a mis fin à l’austérité « aveugle » ! (et en fait tout est dans l’adjectif… C’est peut-être de l’austérité « éclairée » chez les Grecs, de l’austérité « lumineuse » en Espagne, allez savoir…) D’ailleurs c’est bien simple, l’économie est tellement forte qu’on ne sait pas quoi faire de toute cette croissance. Mais bon, heureusement qu’il y a « la supervision des banques » et l’encadrement de la Finance à se mettre sous la dent. Supervision et « encadrement » très relatifs et auxquels le gouvernement français était le plus farouche opposant !! Sacré François… Sinon comme d’habitude, évidemment, on ne peut parler d’UE sans parler de « grand supermarché marché » qui est, c’est une évidence que seuls les pédo-nazis peuvent contester, un « atout dans la mondialisation ».  Ce sont bien évidemment les mêmes pseudo arguments avec lesquels on nous bassine depuis 30 ans. Il semble en tout cas qu’on y voit plus clair aujourd’hui à ce sujet puisque le seul pays qui profite clairement du « grand marché » européen, à part la Chine cela va de soi, c’est l’Allemagne, avec un excédent commercial de presque 200 milliards en 2013, et qui réalise 90% de l’excédent commercial de la zone euro. Pour nous par contre, c’est plutôt l’inverse puisque nous avions plus de 60 milliards d’euro de déficit commercial en 2013. Quel sacré atout dans la mondialisation !

     

    Bon mais François n’a pas dit son dernier mot sur « l’Europe de la Volonté » qui, attention roulement de tambour, nous défend « défend sa monnaie contre les mouvements irrationnels » (et là éventuellement, tu peux te sentir visé. En tant qu’électeur dubitatif tu es un être irrationnel puisque précisément tu reste dubitatif à l’encontre des politiques de l’UE et que tu t’apprête à voter pour le Grand Satan, ou pire à t’abstenir, et d’ailleurs cette idée de Goulag finalement…). Et là on touche le fond du problème (voir le fond tout court, les deux étant intimement liés). Car précisément, l’UE ne NOUS défend pas (et « nous » renvoie ici aux « citoyens » dont les élus font la publicité à tort et à travers) mais défend SA MONNAIE, le Deustch Mark l’Euro. Et si pour sauver l’euro, il faut faire crever les grecs ou les portugais, les idéologues de la BCE ordonneront le massacre des Grecs et des Portugais, d’ailleurs c’est ce qu’ils ont fait !

     

    Mais poursuivons (après ce paragraphe j’arrête, promis, d’ailleurs j’ai du carrelage à poser…) :

     

    C’est une Europe qui investit sur de grands projets grâce à de nouveaux instruments financiers.

     

    Là c’est une phrase rigolote (bon à première vue ce n’est pas forcément évident mais tu vas voir camarade lecteur… On se tutoie ?). Quelqu’un peut-il me citer un grand projet européen ? Pas évident hein ? En faisant une petite recherche Google on arrive quand même à dénicher un article de La Tribune qui en parle et qui nous apprend ceci :  « le gouvernement et le Parlement européens se sont mis d’accord pour débloquer 230 millions d’euros afin d’inciter des investisseurs privés à miser sur ces grands travaux susceptibles de générer de l’emploi. »

     

    C’est donc encore une fois du lourd : 230 millions d’euros (wahou !) afin « d’inciter des investisseurs privés à miser sur ces grands travaux susceptibles de générer de l’emploi ». Et donc si on décode, le pognon servira d’appât pour attirer les requins qui « pourraient » avancer quelques billes afin de financer « ces grands travaux » (lesquels ?) qui seraient eux-même « susceptibles » (donc on en sait rien…) de générer de l’emploi. Ce qui revient donc à donner des  millions au patronat sans aucune garantie ni contrepartie sur l’emploi. Et là tout de suite on comprends mieux la convergence, ou plutôt, osons le mot, la synergie (la fusion ?), entre Normal 1er et « l’Europe de la Volonté » tant il est difficile de distinguer effectivement une quelconque différence entre les deux…

     

    Mais en bon clown professionnel, Normal 1er  a gardé le meilleur gag pour la fin, il s’agit bien évidemment des « nouveaux instruments financiers » qui vont tous nous sauver de la croissance délirante causée par la force retrouvée de l’économie. De quels instruments s’agit-il ? Et bien tout simplement de relancer la titrisation et les produits dérivés à l’origine de la crise financière ! Avouez qu’il fallait y penser…

     

    C’est une Europe qui en termine avec la concurrence sociale et fiscale.

     

    Là tout le monde a compris je pense qu’il s’agit d’une incantation typique du Hollandisme, comme des millions de Français qui pensent qu’ils vont gagner au loto, Normal 1er croit en effet qu’il suffit d’espérer qu’une chose se produise pour qu’elle advienne réellement… C’est enfantin, mais à partir d’un certain âge et d’un certain niveau de responsabilité, c’est pathétique et en plus c’est mensonger.

     

    Voilà, je ne commenterais pas le reste, qui est encore bien pire, j’ai déjà le moral dans les chaussettes, je vais plutôt aller couper quelques carreaux…

    « La dictature socialiste de la république bananière française ?La République socialiste des copains et des coquins..... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :