• L'implosion de l'UMP, les européennes, l'affaire Bygmailon, l'affaire de trop !

    Comme l'avait prédit Marine Le Pen après l'élection présidentielle de 2012, l'implosion de l'UMP est en route, les grands moralisateurs de la vie politique et publique, les Républicains exemplaires s'entretuent et se coulent. Blanc bonnet et bonnet blanc, l'UMP et le PS ne sont plus les premiers partis de France, mais c'est bien le Front National qui est le seul à pouvoir défendre la France dans ses intérêts.

    Patriote64.

    http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/maintenant-lump-bataille-autour-dun-fauteuil,62557

    Et maintenant, à l’UMP ? Bataille autour d’un fauteuil…

     

    ump

     

     
    Une chose est sûre : ça sent le vitriol à l’UMP.
     

     

    « Nuit des longs couteaux », comme dit mon ami Nicolas Gauthier, ou bien « règlement de comptes à OK Corral », une chose est sûre : ça sent le vitriol à l’UMP. Avec ses 20,80 % aux européennes et surtout ses 5 points de retard sur le Front national, le parti qui a gouverné la France jusqu’en 2012 et nous abreuve à longueur d’année de ses sacro-saintes « valeurs républicaines » s’apprête à vivre des heures douloureuses. Surtout, la guerre des chefs contenue ces derniers mois à grand-peine pour cause d’échéances électorales va maintenant faire exploser la marmite. Demain, à l’heure peut-être où vous lirez ces lignes, ça devrait en effet chauffer au 238, rue de Vaugirard.

    Pour commencer, le chef Copé est censé – enfin ! – y présenter un rapport financier sur les comptes du parti. C’est qu’avec un sens choisi du « timing », il faut le reconnaître, on a eu droit la semaine passée à une jolie piqûre de rappel sur le scandale Bygmalion. Sorti à la veille des municipales, celui-ci met en évidence les liens de favoritisme entre le président de l’UMP et la filiale de cette société de communication organisatrice des manifestations du parti. Après Le Point, c’est Libération qui nous apprend l’existence d’une facture de 12,7 millions d’euros à l’UMP pour « l’organisation de 55 conventions thématiques ». Manque de bol, les participants supposés n’en ont pour certains aucun souvenir. C’est le cas, notamment, de Pierre Lellouche qui vient d’annoncer qu’il porte plainte pour « usurpation d’identité ». Rappelons, en passant, qu’on a tapé les militants voilà moins d’un an pour boucher un trou de 11 millions d’euros.

    De plus en plus gêné aux entournures, Copé à confié dimanche à BFMTV : « J’ai moi-même des interrogations. » Et nous, donc… Enfin, il paraît que la transparence est pour demain. Acceptons-en l’augure. Peut-être recevra-t-il d’ailleurs, dans cette entreprise, un coup de main inattendu de la brigade financière, laquelle vient, ce lundi, de placer en garde à vue son ami Claude Guéant, ex-secrétaire général de l’Élysée sous la présidence Sarkozy.

    Alors, Copé a beau convoquer les militants aux « États généraux de la reconquête », on devine qu’il va d’abord s’agir de celle de son fauteuil.

    En première ligne, Fillon, demeuré discret ces derniers temps. Silencieux, même, de peur d’être éclaboussé par la bouse qui tombe en pluie. Et puis Juppé, rédimé par la mairie de Bordeaux et drapé depuis un moment dans le manteau de la vertu expiatoire : pour « le plus intelligent d’entre nous » sacrifié sur l’autel de l’immobilisme chiraquien, l’heure de la revanche a sonné. Il en appelle à des primaires, crime de lèse-Sarkozy, où va se précipiter la garde montante des Lemaire, Wauquiez et autres Bertrand qui en ont marre de faire antichambre pendant que les autres s’entretuent…

    Et puis… et puis… et puis y a Sarko qui n’en peut plus d’attendre, lui aussi. Lui qu’on est allé chercher – ou pas – la semaine passée pour tenter de sauver les meubles ; lui qui s’est fendu d’une tribune-plaidoyer pour l’Europe publiée simultanément dans Le Point et le quotidien allemand Die Welt. Introduction très proustienne : « … Je me suis toujours senti viscéralement français. Longtemps, je n’ai même jamais pu imaginer vivre ailleurs. » On ne sait pas si Nicolas Sarkozy se couche de bonne heure, mais il est clairement à la recherche du temps perdu.

    Toutefois, son morceau de bravoure littéraire n’a pas eu l’effet escompté. Pas assez, en tout cas, pour éviter à son parti une belle déculottée. C’est que les Français, quoi qu’on en dise, ont encore un peu de mémoire. Ils n’ont pas oublié et encore moins digéré le camouflet de 2005. Le 29 mai de cette année-là, ils étaient 54,68 % à dire NON au référendum sur « la ratification du traité établissant une constitution pour l’Europe ». Un refus on ne peut plus clair. Qu’à cela ne tienne. Le gouvernement Chirac, puis le gouvernement Sarkozy nous ont repassé le plat. Une petite manip’ pour une grosse entourloupe : vous n’en avez pas voulu au premier service, alors on vous nappe le tout d’une couche de sauce et on vous le ressert. Le « Nouveau Traité », devenu depuis traité de Lisbonne, est entré en vigueur le 1er décembre 2009. Au nom du respect de la démocratie et des valeurs républicaines !

    Les Français ne l’ont pas oublié, et sans doute pas non plus ceux de leurs voisins qu’on a de même spoliés de leurs votes. On a vu le résultat ce dimanche dans les urnes.

    « Philippe de Villiers en route vers le RBM ?Le fusible de l'UMP Jérôme Lavrilleux passe à table sur les magouilles UMP/Bygmailon. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :