• La dhimmitude médiatique et la manipulation politicienne veulent nous soumettre.

    http://ripostelaique.com/nous-aimons-trop-la-liberte-et-la-france-des-lumieres-pour-les-abandonner-a-lislam-des-tenebres.html

    Nous aimons trop la liberté et la France des Lumières pour les abandonner à l’islam des ténèbres

    Nous arrivons à la fin des vacances. A notre agréable surprise, le taux de fréquentation de notre site à progressé de plus de 50 % par rapport à celui de l’an passé, à la même époque. Bien évidemment, outre les Jeux Olympiques et la dhimmitude du CIO, c’est la situation politique française, trois mois après la victoire de celui que notre ami Alain Rubin a surnommé Normal 1er, qui est la principale responsable de cet étonnant taux de progression.

    Depuis le 6 mai, il faut être aveugle, politicien dhimmi ou journaliste en mission de désinformation pour ne pas se rendre compte que les islamistes et les racailles sont passées à une vitesse supérieure, dans la guerre quotidienne qu’ils mènent, quotidiennement, contre la France, ses valeurs laïques et républicaines, et la paix civile. Convaincus, et à juste titre, d’avoir été déterminants dans la victoire socialiste, ils demandent aujourd’hui un retour sur investissements. Leur message se résume à : « Laissez-nous islamiser la France, et foutez-nous la paix avec votre laïcité », pour les fous d’Allah, et « Laissez-nous faire la loi sur notre territoire, et cessez d’envoyer vos flics » pour les racailles.

    Le bloggueur algérien Aldo Stérone, qui vit en Grande-Bretagne, résume la situation dans un article d’une terrible lucidité, sans concession sur l’esprit capitulard des dirigeants de notre pays, intitulé : « Les émeutes raciales en France« . En voici quelques extraits.

    La France connait des émeutes raciales d’une ampleur qu’il devient difficile à dissimuler pour la presse prise entre ses dogmes et sa volonté de plaire au pouvoir local. (…) A chaque incident, les autorités françaises encaissent, minimisent, puis versent plus d’argent pour acheter la paix. En fait, ce n’est pas de la paix qu’elles achètent, mais du temps. (…)

    La France est l’un des rares pays dans le monde à cultiver cette étrange singularité qui consiste à importer des gens pauvres sur le plan économique et moral puis à les payer pour faire des enfants. (…) Et une grande portion des immigrants qui viennent en France, n’y viennent ni pour découvrir le terroir, ni les us et coutumes locales. Ils viennent pour bénéficier des aides sociales. (…)

    Aujourd’hui, la vie dans les cités en France est une projection déformée de la société du Maghreb. Elle porte en elle-même les graines de son échec. Elle est aujourd’hui manipulée par les mêmes esprits pervers et tordus qui poussent les sociétés arabes vers leur perte. (…)

    La France est en train de devenir un pays en ruine sur le plan spirituel, ouvert à tous les relativismes et prêt à se coucher devant le premier venu. Pour éviter la violence, tout le pays s’agenouille sans violence.

    Le moins qu’on puisse dire est que le bougre touche juste. En effet, depuis le 6 mai, malgré la volonté médiatique de noyer le poisson, la violence augmente, et de plus en plus souvent, nos compatriotes et les forces de l’ordre en sont victimes. Même si nombre de musulmans vivent dans notre pays en paix, on ne peut que remarquer que la plupart des agresseurs, ou criminels portent le prénom « Vladimir » que Le Monde, de manière grotesque, a attribué à l’assassin tchetchène, musulman, appelé Souleymane, qui, âgé de 16 ans, a étranglé le jeune Killian, 13 ans, dans un lycée de Rennes.

    Riposte Laïque, mais aussi nombre de sites résistants, font part de cette réalité effrayante que le gouvernement Hollande-Valls-Taubira occulte totalement, et que les médias tentent de minorer. Les violences d’Amiens, qui ont vu les policiers se faire tirer dessus à la chevrotine et de véritables scènes de guérilla urbaine, marqueront au fer rouge le début du quinquennat de François Hollande. Eberlués, les Français ont vu les conséquences de la politique laxiste de ce gouvernement. Des policiers qui n’ont pas le droit de répliquer, même avec 16 blessés, et qui sont, pour cela, incapables d’arrêter un seul émeutier. Des juges qui, à Amiens et dans toute la France, multiplient des verdicts scandaleusement cléments avec des délinquants multi-récidivistes, et envoient un couple, William et Monique, en prison 4 et 2 ans pour des faits certes répréhensibles, mais autrement moins graves que certains actes qui valent la mise en liberté à des accusés plus chanceux.

    De cela Riposte Laïque, ses rédacteurs et ses contributeurs ponctuels ont parlé durant toutes ces vacances. Mais le  »tube de l’été » a été un article de Roger Heurtebise, informant nos lecteurs d’une lumineuse idée de proches de Normal 1er : faire payer un loyer à vie à des propriétaires qui auraient fini de rembourser leur emprunt ! Il faut bien que les salauds de riches qui ont osé devenir propriétaires, en travaillant dur, financent l’assistanat des nouveaux arrivants !

    Si notre journal progresse autant, il le doit à la qualité des membres de la rédaction, à leur réactivité et à la belle plume de nombre d’entre eux. Mais c’est aussi grâce aux contributions, souvent remarquables, d’autres lecteurs, qui écrivent, en général, la moitié des articles de Riposte Laïque.

    Cette semaine, nous avons envie, sans être restrictifs pour les autres, de vous présenter les articles de Jack Lucent et de Jean Ducluzeau. Le premier, s’interroge : « Laïques, combien de divisions, face aux journaleux et politiciens vendus à l’islam ? ». Il enrage de constater notre impuissance, face à nos adversaires, réfléchit à quelques stratégies possibles, et conclut sa démonstration, en exprimant son inquiétude :

    « Si nous perdons ainsi nos libertés, notre pays, notre civilisation, nos droits, nos terres, si nous devons vivre dans la double crainte de nos nouveaux maitres  si prompts à nos menacer et agresser, sûrs d’eux et du soutien unanime  des divers pouvoirs, et de la machine médiatico-politique plus que prompte à nous condamner au moindre signe de résistance et rebuffade face à cet étranglement de toutes nos liberté en faveur de ce nouveau fascisme religieux et obscurantiste… Si nous perdons tout ce que nous avons créé, pensé , inventé, au profit de ce qu’il y a de plus arriéré, ignare et barbare sur cette planète, cet immense néant qu’est l’islam, nous en serons autant responsables que ceux qui ont pactisé avec cet ennemi absolu.

    Alors réfléchissons et agissons … avant qu’il ne soit trop tard ! »

    Quant au second, Jean Ducluzeau, dans un long texte intitulé « Faudra-t-il une révolution populaire pour sauver la France d’une islamisation fatale ? », il avance des pistes de reconquête des plus pertinentes, dont nous conseillons une lecture attentive. Il conclut, lui : « Certains à cet effet n’ont pas oublié l’Article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 : Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

    On peut ne pas partager la philosophie de ces deux textes, ou certains passages. Mais ils illustrent l’inquiétude grandissante de nos compatriotes, au lendemain de la fin du ramadan, qui a vu nombre de musulmans, durant un mois, se comporter comme en pays conquis, et sommer la France de s’adapter à cette coutume que notre journal, en 50 articles, a qualifié d’imbécilité incompatible avec un pays laïque. Cela n’a pas empêché des maires comme ceux de Paris, Marseille ou Roubaix, notre ministre de l’Intérieur et celui que les Français ont élu président de la République, de multiplier les gestes d’allégeance envers l’islam, trahissant l’esprit de la loi de 1905, dans un silence assourdissant des philosophes et organisations se prétendant défenseurs de notre laïcité.

    A chaque numéro, certains articles fort pertinents nous obligent à nous interroger sur les risques encourus, en cas de publication. Dans une France où on a remplacé l’esprit de la phrase attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire » par la nouvelle idéologie de prétendus anti-racistes : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, et je vous traînerai au tribunal pour que vous ne puissiez plus jamais le dire »,  il est nécessaire, encore davantage sous un gouvernement où sévit Christiane Taubira à la Justice, de ne pas donner à nos adversaires l’occasion de nous réduire au silence.

    Pour autant, faudrait-il édulcorer Riposte Laïque, au nom d’un risque zero qui n’existera jamais, avec les lois Pleven, Gayssot, Taubira, et des associations anti-racistes qui vivent, non pas des cotisations de leurs peu d’adhérents,  mais des subventions publiques et des procès qu’elles instruisent ? Faudrait-il priver nos lecteurs de tous ces articles, qu’on ne trouve nulle part ailleurs ? Notre réponse est non. Nous avons donc choisi, en toute connaissance de cause, de ne pas accepter ce chantage à la liberté d’expression, et nous sommes prêts, avec tous nos lecteurs disponibles, à en assumer les conséquences, s’il le fallait.

    Riposte Laïque est indépendant de tous les partis, et pourtant, notre journal mène un combat politique, et le fait à visage découvert. Nous savons que nous écrivons des choses que ressentent la majorité de nos compatriotes, même si trop d’entre eux, de peur d’être qualifiés de « racistes » « fascistes » « lepéniste » ou « extrême droâââte », n’osent pas toujours parler.

    Jean Ducluzeau, en conclusion de son article, posait la question : « Sommes-nous vraiment prêts à tout perdre ? »

    Il nous faut ouvrir les yeux, et être lucide sur l’analyse. De plus en plus, sur le territoire de France, cohabitent une dualité de pouvoirs : les lois de la République et celles de la charia. Il y a 72 ans ce jour, Léon Trotsky était assassiné par un tueur de Staline, à Mexico. Voilà ce qu’il disait sur cette question : « La dualité de pouvoirs non seulement ne suppose pas mais, généralement, exclut le partage de l’autorité à parties égales et, en somme, tout équilibre formel des autorités. C’est un fait non constitutionnel, mais révolutionnaire. Il prouve que la rupture de l’équilibre social a déjà démoli la superstructure de l’État. La dualité de pouvoirs se manifeste là où des classes ennemies s’appuient déjà sur des organisations d’État foncièrement incompatibles – l’une périmée, l’autre se formant – qui, à chaque pas, se repoussent entre elles dans le domaine de la direction du pays. La part de pouvoir obtenue dans ces conditions par chacune des classes en lutte est déterminée par le rapport des forces et par les phases de la bataille. »

    Certes, dans son langage marxiste, le révolutionnaire russe parlait d’antagonismes de classes sociales, mais sa lucidité quant à l’impossible cohabitation de deux pouvoirs inconciliables est remarquable. Or, il y a incompatiblité entre les lois de la République, qui, en France, reculent gravement, et celles de la charia, qui progressent de manière inquiétante.

    Seul le rapport de forces déterminera donc quel pouvoir l’emportera sur l’autre. Nous avons choisi notre camp. Nous aimons trop la France des Lumières, la Liberté, la vie, le rire, l’amour, l’humour, le vin, la spécificité de nos belles régions, la bonne chère, l’esprit gaulois, pour les abandonner sans combattre à l’islam des ténèbres, sa charia, son obscurantisme, son totalitarisme, son cléricalisme, son racisme, son sexisme, son antisémitisme, son homophobie, sa culture de la mort, ses voiles, son halal, son ramadan obligatoire, son jihad et ses casernes-mosquées.

    Ce sera donc eux ou nous, la République ou la charia, les démocrates ou les islamistes.

    « Un élu PS roué de coups en tunisie par des islamistesL'A.M.E profite à 200 000 clandestins sans aucun contrôle ou presque! »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :