• Le Vandalib' parisien

    http://www.delanopolis.fr/Vandalib_a1533.html

    Vandalib'




    Claironnant la hausse du nombre d'abonnés à Vélib', Decaux et son antenne parisienne, la mairie delanoiste, sont moins diserts sur le vandalisme, ses coûts réels et leur prise en charge dispendieuse par la ville ...


     


    Vandalib'
    Cela n'a rien de surprenant, le vandalisme de Vélib' est reparti à la hausse, surtout dans les stations isolées du le nord-est de Paris et des communes limitrophes. Entre la fin juin et la mi-juillet, il a entraîné la fermeture d’une cinquantaine de stations.

    Le Parisien nous apprend que le directeur de la stratégie, des études et du marketing (c'est tout ?) de Vélib’, chez Decaux se refuse à dévoiler le montant du préjudice mais évoque « des dizaines de bornettes saccagées, des centaines de vélos volés ainsi que des pertes d’exploitation liées à la fermeture de plusieurs stations ». « Vélib’ est une entreprise très coûteuse. Mais le contrat est à l’équilibre », concède-t-il simplement.

    Coûteux mais à l'équilibre ? Il faudrait pour cela que les recettes soient considérables, ce que ne permet pas le tarif ultra-attractif de la location de cet engin pour la plupart de ses usagers. Il est malheureusement probable que la solution à cette énigme financière se trouve dans les clauses des avenants consentis par la ville à Decaux et qui ont d'ailleurs donné lieu, pour le deuxième d'entre eux, à une annulation en juillet 2011 par le Tribunal administratif de Paris, à la suite d'un recours introduit par un de nos plus fidèles lecteurs, Serge Federbusch, élu soucieux de défendre les finances parisiennes.

    Par cette rasade illégale (la ville a fait voter en catastrophe un nouvel avenant pour reprendre les dispositions annulées), la mairie prend à sa charge jusqu'à 25% du coût supposé du vandalisme et ce non seulement pour les vélos installés hors de Paris mais également pour ceux disposés sur son territoire, ce qui fait une différence importante. Il est difficile d'avoir des chiffres fiables sur ces versements mais supposons qu'au strict minimum les Vélib's volés ou endommagés soient au nombre de 5 000 par an ( Decaux avouait il y a deux ans que toute la flotte avait déjà été victime de vandalisme) et que le montant moyen des remplacements et réparations soit de 300 euros, vous arrivez à près de 400 000 euros à acquitter pour le contribuable parisien à ce seul titre.

    Par ailleurs les régimes d'intéressement et de pénalités ont été revus substantiellement au bénéfice de Decaux. Dans le dernier rapport budgétaire de la ville, figure une phrase laconique : « Vélib : +2,4M€, essentiellement pour le paiement de l’intéressement ».. Impossible d'en savoir plus mais la satisfaction de Decaux n'est pas de bon augure pour votre porte-monnaie. L'usager de Vélib', qui est considérablement plus subventionné que celui du métro ou du bus, question d'image, a bien de la chance. Dans le concert de louanges joué par les médias pour les 5 ans de Vélib', pas une fausse note pour évoquer ce genre de détails mesquins.

    « L’euro aura bien joué son rôle pour la régression socialeQuand une élue écologauchiste veut donner le travail des français aux Roms »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Patriote64 Profil de Patriote64
    Lundi 13 Août 2012 à 17:46

    Il faut bien comprendre que si c'est toujours le contribuable qui paye la facture, le contribuable c'est celui qui travaille dur pour un petit salaire, c'est la classe moyenne, ce n'est pas celui qui vie bon gré mal gré au crochet de la société, mais par contre dans la majeure partie des cas que l'on peut estimer à 90% c'est toujours les mêmes qui dégradent, cassent, volent, par plaisir et bêtise sans jamais être puni, pourquoi sans privé !


    Que les pigeons français continuent de voter pour l'UMPS et les choses continueront de se dégrader jusqu'au point de non retour. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :