• Lorsqu'un baltringue du showbiz crache sur la France.....

    A cette personne je ne peux lui décerner qu'un diplôme !

    Patriote64

    Mon Diplome

    http://www.enquete-debat.fr/archives/lacteur-lambert-wilson-declare-que-les-paroles-de-la-marseillaise-sont-epouvantables-sanguinaires-dun-autre-temps-racistes-et-xenophobes-inecoutables-28065

    L’acteur Lambert Wilson déclare que les paroles de la Marseillaise sont “épouvantables, sanguinaires, d’un autre temps, racistes et xénophobes, inécoutables”…

     
     

    lambertfranceAllonzenfants !

    La déclaration de monsieur Lambert Wilson au sujet de la Marseillaise est bête car c’est un anachronisme : on ne juge pas des textes anciens avec nos critères actuels et  en dehors de leur contexte historique. En tant qu’acteur dont la profession consiste à interpréter des pièces de théâtre écrites il y a des siècles, il devrait le savoir.

    A l’aulne de Lambert, les héros de Corneille et Racine devraient se trouver en taule au lieu de parader sur les planches de la Comédie Française, et les acteurs qui les interprètent devraient être poursuivis pour instigation à toutes sortes de  violences.

    Mais quand même, à quelque chose malheur est bon et attirer l’attention sur les hymnes c’est intéressant. Lire les textes in extenso sur Wikipedia, ça vaut la peine! 

    Quand je vois le Haka Ka Mate des all Blacks dans lequel apparaissent les paroles « c’est la mort, c’est la mort »… je me dis… bigre, ils ne plaisantent pas… Pire dans leur Kapa Haka ils visent le « souffle de la vie » et terminent leur danse en mimant l’égorgement… Le message est clair !

    Alors, si les joueurs français leur mimaient, comme il se doit « le sang impur qui va abreuver nos sillons… » ils auraient peut-être plus de chance de gagner le match ?

    Plusieurs textes précèdent, mais la version actuelle de l’hymne belge est tout aussi intéressante :

    « Après des siècles d’esclavage, le Belge sortant du tombeau, a reconquis par son courage, son nom, ses droits et son drapeau. »

    Oui, oui, mesdames et messieurs, le Belge a subi des siècles d’esclavage sous la botte colonisatrice des Romains, Goths, Visigoths, Ostrogoths, Huns, Vikings, Anglais, Espagnols, Hollandais, Autrichiens, Allemands, Français…

    Oui, oui et ça pendant des siècles c.-à-d. au moins 2000 ans ! Avant, je ne sais pas… bien que des “indo-européens” flottent dans les brumes préhistoriques…

    Nous, les Flamands, nous avons toujours été victimes du déferlement de hordes barbares et nous les Flamandes, même de lazzi de la part d’énergumènes misogynes à la Jacques Brel !  N’est-il pas temps de  demander de profondes repentances et des justes dommages?

    Mais ces paroles sont  aussi un message d’espoir pour les autres pays qui ont subi les mêmes outrages : si le Belge a su sortir de son tombeau, il n’y a pas de raison pour que les autres n’y arrivent pas !

    L’hymne allemand :

    « L’Allemagne, l’Allemagne au-dessus de tout, par-dessus tout au monde. »

    O.K., c’est bon, après les deux premiers vers on a déjà tout compris…

    Et l’hymne national Suisse

    « Sur nos monts, quand le soleil annonce un brillant réveil et prédit d’un plus beau jour le retour, les beautés de la patrie parlent à l’âme attendrie;
    Au ciel montent plus joyeux, au ciel montent plus joyeux, les accents d’un cœur pieux, les accents émus d’un cœur pieux. »

    Il y a quatre strophes de cette mouture… c’est autre chose… ben oui…c’eest laa Swuisss… « y a pas l’feu au Lac… » Et y a du bonheur dans les vieux chalets là-haut sur la montagne …

    [Au passage ne ratez pas ce must: [ http://www.youtube.com/watch?v=LnTD10l7Ky4 ]

    Je vous fais grâce de la version italienne :

    « Quando bionda aurora il mattin, c’indora l’alma mia t’adora, re del ciel
    Quando l’alpe già rosseggia a pregare allor t’atteggia in favor del patrio suol… »

    Après 35 ans d’italien, le langage manzonien reste trop hermétique pour moi…

    Et l’hymne d’Israël :

    “Tant qu’au fond du cœur l’âme juive vibre et dirigé vers les confins de l’Orient un œil sur Sion observe, notre espoir n’est pas encore perdu, cet espoir vieux de deux mille ans : être un peuple libre sur notre terre, terre de Sion et de Jérusalem, être un peuple libre sur notre terre, terre de Sion et de Jérusalem.”

    [Il a été écrit en Ukraine en 1878, par Naftali Herz Imber, sous le nom deTikvatenou (Notre espoir). La musique a été adaptée en 1888 par Samuel Cohen, d’après une mélodie populaire roumaine de Moldavie.]

    C’est tout ? Ben oui, le romantisme de l’âme slave suffit à la conquête du Néguev…

    Ah, mais jusqu’à présent nous n’avons encore considéré que les paroles…

    Y a-t-il un musicologue à bord pour nous dire si nos hymnes ne sont pas trop Wagnériens ou pas assez country ?

    Moi je penche pour la bossa nova, mais si tout le monde y va de sa « zizique » favorite, ça va faire désordre. Bon, supprimons toutes les musiques et remplaçons-les par un bon rap bien tempéré, praticable même par ceux qui n’ont pas d’oreille et qui mettra tout le monde d’accord…                                                                                                                                       Pour les paroles ça va être plus compliqué car même l’Internationale n’est pas très pacifiste… et comprend des vers qui pourraient stigmatiser les uns et offenser les autres… Je ne vise personne… suivez mon regard…

    Debout ! les damnés de la terre !
    Debout ! les forçats de la faim !
    La raison tonne en son cratère,
    C’est l’éruption de la fin.
    Du passé faisons table rase,
    Foule esclave, debout ! debout !
    Le monde va changer de base :
    Nous ne sommes rien, soyons tout !

    C’est la lutte finale
    Groupons-nous, et demain,
    L’Internationale,
    Sera le genre humain.

    Il n’est pas de sauveurs suprêmes,
    Ni Dieu, ni César, ni tribun,
    Producteurs sauvons-nous nous-mêmes !
    Décrétons le salut commun !

    Pour que le voleur rende gorge,
    Pour tirer l’esprit du cachot,

    Soufflons nous-mêmes notre forge,
    Battons le fer quand il est chaud !

    L’État comprime et la loi triche,
    L’impôt saigne le malheureux ;
    Nul devoir ne s’impose au riche,
    Le droit du pauvre est un mot creux.
    C’est assez languir en tutelle,

    L’égalité veut d’autres lois :
    « Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
    Égaux, pas de devoirs sans droits ! »

    Hideux dans leur apothéose,
    Les rois de la mine et du rail,
    Ont-ils jamais fait autre chose,

    Que dévaliser le travail ?
    Dans les coffres-forts de la bande,
    Ce qu’il a créé s’est fondu.

    En décrétant qu’on le lui rende,
    Le peuple ne veut que son dû.

    Les Rois nous saoulaient de fumées,
    Paix entre nous, guerre aux tyrans !
    Appliquons la grève aux armées,

    Crosse en l’air et rompons les rangs !
    S’ils s’obstinent, ces cannibales,
    À faire de nous des héros,

    Ils sauront bientôt que nos balles
    Sont pour nos propres généraux.

    Ouvriers, Paysans, nous sommes
    Le grand parti des travailleurs;
    La terre n’appartient qu’aux hommes,
    L’oisif ira loger ailleurs.
    Combien de nos chairs se repaissent !
    Mais si les corbeaux, les vautours,

    Un de ces matins disparaissent,
    Le soleil brillera toujours ! “

    Imaginons une foule en colère qui hurle ça devant les grilles de l’Elysée… Olala… pas rassurant…

    Si Marine prononçait une harangue aussi incendiaire pendant un meeting, son compte serait bon pour la Bastille.

    « Les perversions d'une gauche sans moralité qui crée les amalgames et sème les discordes.Odessa, la démocratie selon les Euroricain. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :